AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 J'veux planer, oublier ce connard | Yoann et Keirington

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

Just Seize the day ♫
Just Seize the day

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 1941
▌HUMEUR (: : Blessée et anéantie mais sur le point de se marier
▌SAY CHEESE : .
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 18/09/2010


YOU & ME:
MY RELATIONSHIPS::


● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: J'veux planer, oublier ce connard | Yoann et Keirington   Sam 14 Avr - 9:38


La vie pouvait être définitivement une garce. Elle pouvait être calme et douce avec une personne et s'acharnait contre une autre. Lui faire subir les pires choses qu'elle avait en stock, la torturer mentalement mais aussi physiquement, la faire souffrir... Lily faisait partie de cette deuxième catégorie. Jamais, ou presque, elle n'avait connu un instant de tranquillité durant ces vingt et une dernières années qu'elle avait vécu à New-York. Même le premier jour de sa vie fut compliquée. Sa vraie mère, cette prostituée de luxe, l'a abandonné et Lily, ou plutôt Elizabeth, s'est retrouvée orpheline alors qu'elle avait à peine quelques heures. Quant à son père... Ce mec bourré de fric, c'est à peine si il s'est soucié d'elle en la refourguant à sa sœur et son beau-frère. Heureusement qu'ils étaient d'accord eux, parce que sinon, Lily aurait pu se retrouver en Écosse en train d'abattre des brebis. De toute façon, si ça se trouve cette situation aurait mieux que celle d'aujourd'hui.

Lily n'arrivait pas à comprendre pourquoi il avait fait ça. Pourquoi Aleksandre était rentré dans cette chambre d'hôtel avec cette fille si entreprenante qu'était Phoenix ? Pourquoi avait-il fait ça alors qu'il avait promis à Lily qu'il resterait fidèle, qu'il l'aimait ? Des larmes chaudes coulaient le long des joues de Lily. Jamais elle n'avait eu aussi mal de toute sa vie. Voilà pourquoi elle ne s'était jamais laissée tomber amoureuse, pourquoi elle s'était toujours contrôlée. La belle blonde n'aurait jamais dû tomber dans les bras d'Aleksandre, n'aurait jamais dû l'embrasser, coucher avec lui, avoir confiance en lui, lui raconter toute sa vie, son passé, ses secrets. Il allait pouvoir faire d'elle ce qu'il voulait, Lily ne sera qu'un pantin, un pantin lamentable. En s'engageant dans cette relation, la belle blonde savait que cela était "quitte ou double". Elle avait tout perdue. Elle n'avait jamais été bonne au jeu.

Perdue dans les rues de Manhattan, Lily vit alors l'enseigne du Red Light. Une idée germa dans son esprit torturé. En début de soirée, elle avait prévenu Sawyer par un mot qu'elle ne rentrerait pas tout de suite et qu'elle pouvait faire ce qu'elle voulait dans l'appartement. Quant à Sarah... elle était toujours coincée à l'hôpital. Alors l'étudiante était en quelques sortes libre. Était-elle vraiment à ce point mal pour faire cette connerie, qu'elle avait pourtant arrêté après son viol ? La réponse s'imposa tout seul dans son esprit. Oui. Elle en était capable. La belle blonde ne mesurait pas encore les conséquences de son geste, mais à vrai dire, à cet instant, sous le lampadaire, Lily avait complétement oublié sa grossesse, sa fille, sa future fille et toutes les personnes qui l'aimaient. Elle n'avait qu'Aleksandre en tête. Aleksandre en train d'entrer dans cette chambre d'hôtel, dans les bras de Phoenix, un sourire jusqu'aux oreilles. Aleksandre et sa douleur.

[...]

Lily avait l'impression de retourner des années en arrière. Quand elle avait quinze ans. L'endroit n'avait pas spécialement changé en quelques années. Il y avait les mêmes lumières, la même disposition des tables, la même ambiance. Seule la musique, ce qui était normal en même temps, avait changé. L'étudiante déambula à travers les tables. Elle n'avait pas envie d'aller sur la piste de danse. La belle blonde cherchait quelque chose de plus précis. Avoir tous ces regards d'hommes, désireux de son corps, réconfortait que légèrement Lily. Ils devaient être souls et elle n'en voulait qu'un, malgré elle. Tout doucement, l'adolescente qu'elle était commençait à émerger à la surface. Les mimiques qu'elle avait jeune, ses sourires en coin, ses oeillades, tout revenait au fur et à mesure. Elle se sentait dans son élement. Son quotidien était désormais oublié. La jeune femme attrapa un verre d'alcool sur une table, le but d'une traite puis continua son chemin. Et elle recommença cela plusieurs fois. La chaleur dans sa gorge la rassurait. La belle blonde arriva enfin à l'endroit qu'elle voulait. Cet espace sombre et pourtant fréquenté de la discothèque. C'était toujours le même malgré toutes ces années. Lily se frayait un chemin et arriva près d'un dealeur. Il lui disait quelque chose mais ses souvenirs étaient un peu flous, de part leur ancienneté et le taux d'alcool qu'elle avait dans le sang. Quelqu'un qu'elle avait martyrisé étant jeune, non... Yo... quelque chose. Yoann peut-être ? A vrai dire, Lily s'en fichait plutôt.

- T'as quoi sur toi ? J'ai deux cents dollars sur moi. File tout c'que t'as.

La jeune femme sortit les billets de son sac, tout ce qu'elle avait sur elle sur le moment. Mais cela serait largement suffisant pour ce qu'elle attendait. Elle voulait oublier. Tout, jusqu'à son identité. Elle voulait planer, comme avant. Ne plus se souvenir le mal que lui avait fait Aleksandre, le fait que son gosse était dans son ventre.

- Oh, j'allais oublier le "mot magique". S'il te plait, Yoann ? C'est comme ça que tu t'appelles nan ? Et puis, désolée pour ce que j'ai pu te faire étant plus jeune. J'étais qu'une idiote.

Lily savait pertinemment que le dealeur était en position de force par rapport à elle et exigerait peut-être plusieurs choses. Elle avait choisi d'essayer de le devancer ne serait-ce qu'un minimum. Le mot magique, comme les gamins, qui faisait toujours sourire les dealeurs et puis les excuses, pour son orgueil. De toute façon, Lily avait l'argent, alors si il voulait arrondir sa fin de mot, il valait mieux qu'il accepte et lui cède sa marchandise.

_________________
❝CALL ME LILY❞
"Aleksandre William Johnson, désirez-vous prendre pour épouse Elizabeth Grace Stanfield ?" Lily leva les yeux vers Aleksandre. "Oui je le veux." Lily sentit les larmes lui piquer les yeux. "Elizabeth Grace Stanfield, désirez-vous prendre pour époux Aleksandre William Johnson ? " Lily pensa alors à Jayden. Leur fils."Oui, je le veux."


DC du coureur de jupons qui nie ses sentiments
DC du chef foireux de la révolution
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

Achètes toi un rang (a)
Achètes toi un rang (a)

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 331
▌SAY CHEESE :
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 19/11/2011


YOU & ME:
MY RELATIONSHIPS::


● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: J'veux planer, oublier ce connard | Yoann et Keirington   Sam 14 Avr - 13:19

Lundi, jour à laquelle Yoann se levait très tôt pour rejoindre les autres étudiants à Brown. Tout avait l'air d'une journée normale, pas de stress particulier vu que les examens venaient d'être passées. Journaliste, voilà l'ambition du jeune homme. Voilà ce qu'il voulait faire plus tard. Cette idée d'écrire dans des journaux l'avait percutés plus jeune, mais il avait changés d'idées pour plaire à son père qui avait fait des métiers plus scientifiques. Oui, il avait voulu le suivre dans cette direction en apprécient plusieurs matières, mais il avait compris que l'année de son choix en seconde qu'il voulait opter pour le littéraire. Etant un garçon très charismatique, Yoann se faisait remarquer par beaucoup de personnes, surtout par les professeurs de langues. Il était arrogant, mais doué dans les matières. Dealeur et étudiant en même temps, Yoann était connu par une grande partie de la jeunesse dorée de Manhattan. Tout le monde savait qu'il vendait de la drogue, mais personne n'avait la preuve. Mais celle qui voulait impressionner était une certaine Lily Stanfield. Plus jeune, elle l'avait pris pour un incapable quand il débutait dans le métier et il veut prendre sa revanche sur le passé.

Le jeune Sawyer avait envie de prendre du bon temps en ce moment. Avoir appris la mort de Cory était encore plus dur quand on s'est qui l'a tué. Il devait oublié, même si ça allait être surement très dur. Il devait se remettre au travail de toute façon, c'était ça qui allait le remettre sur pieds. Il avait appris avec son père, c'était surement les seuls moments familiale qu'il passé avec lui. Il avait grandi dans un monde compliqué, il ne oyait jamais sa mère qui se prostituer presque toutes les semaines et son père dealeur qui devait inventer pleins de stratagèmes pour pouvoir donner les grammes de drogue à tout le monde. Le jeune homme avait choisit la simplicité, le red light. Un endroit tranquille avec des gardiens qui se foutent du fait d'être en présence de drogue. La soirée avait débuté tranquillement, presque personne n'était venu chez lui. Il avait donc pris le temps de regarder les filles dansaient, se rappelant brièvement que sa mère faisait ce travail pour gagner sa vie.T'as quoi sur toi ? J'ai deux cents dollars sur moi. File tout c'que t'as. Le jeune homme porta son attention sur la voix féminine. Lily. Il lui sourit ne disant rien. Regardant avec joie le fait qu'elle reprenne de la drogue. Enfin à moins que ce soit pour un de ses amis.


Oh, j'allais oublier le "mot magique". S'il te plait, Yoann ? C'est comme ça que tu t'appelles nan ? Et puis, désolée pour ce que j'ai pu te faire étant plus jeune. J'étais qu'une idiote. Elle devait être dans un mauvais état pour lui demander aussi poliment. Faire des excuses, mais es que c'était bien Lilt Stanfield ? Il la regarda avec un grand sourire aux lèvres l'invitant d'un signe du bras de s'assoir à côté de lui. Il lui donna les deux tiers de beu qu'il possédait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

Achètes toi un rang (a)
Achètes toi un rang (a)

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 124
▌HUMEUR (: : bonne =)
▌SAY CHEESE :
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 19/09/2011



● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: J'veux planer, oublier ce connard | Yoann et Keirington   Jeu 10 Mai - 23:34


Il arrive parfois que certaine personnes aient tout ce qu'elle pourraient rêver d'avoir, réussissent et réalisent leur rêves, et que pourtant elles soient insatisfaites et déprimées. Keirington avait dépassé le stade de la déprime, elle était accro à la cocaïne. Tant de victoires, tant de fêtes, tant de prix, tout ça avait eu raison du moral de la jeune italienne. C'est comme si plus elle avait de raison d'être heureuse et moins elle l'était. Elle possédait une Mercedes et une Lamborguini, un rêve de gosse, et pourtant elle se sentait comme une gamine qui faisait un caprice et était éternellement insatisfaite. Du coup elle avait appris à faire semblant d'éprouver des sentiments qui lui étaient désormais étranger comme le bonheur, la plénitude ou encore la joie. Elle était devenue terriblement douée à force, elle n'arrivait même plus à distinguer ses vrais sentiments de ceux qu'elle jouait, elle ne savait même plus si elle jouait un rôle ou non. Même son propre frère ne remarquait rien, si c'est pour dire. Peut-être devrait-elle arrêter sa carrière de sport de course pour se lancer dans la cinéma, elle aurait sûrement ses chances.

Allongée à même le sol, seulement vêtue d'une serviette de bain entortillée autour de son corps maigre, la jeune sportive essayait d'attraper un petit sachet tombé sous son lit. Elle tendit le bras sans succès. Son regard tomba alors sur un parapluie qui traînait pas terre et elle s'en saisit. A force de labeur, elle finit par faire glisser le petit sachet à portée de main. Enfin elle se saisit du sachet, victorieuse, et se releva d'un mouvement souple son trophée en main. Mais sa joie fut de courte durée, le sachet était rempli d'une faible quantité de poudre blanche, elle ne tiendrait que quelques heures avec une si petite quantité. Elle s'installa au bureau qui trônait à côté du lit dans sa suite d'hôtel et versa délicatement la petite poudre sur le marbre. Elle pris une paille et entreprit d'aspirer toute la poudre. Enfin elle releva la tête et sentit un léger tournis l'envahir un bref instant. Quelques minutes passèrent puis elle ressentit l'état second l'envahir, ses idées devenir floues et le bonheur factice de la drogue l'envahir pleinement. Un sourire éclaira son visage d'une blancheur maladive tandis qu'elle remuait la tête de gauche à droite, suivant le rythme d'une musique imaginaire. Elle se releva de sa chaise une heure plus tard et commença à s'habiller. Elle allait au Red Light tout de suite, il ne fallait surtout pas qu'elle manque de sa précieuse poudre sinon elle ne tiendrait pas. Elle enfila une tunique en dentelle noire ornée d'un décolleté plongeant puis se glissa dans un slim noir qui épousait parfaitement les formes galbés de ses longues jambes. Enfin elle attrapa son téléphone qu'elle glissa dans un sac, enfila une veste et sortit de sa suite.

Une vingtaine de minutes plus tard, Keirie garait sa Lamborguini noire aux vitres teintés sur le parking du club. Elle s'extirpa de la voiture et jucha une paire de lunettes de soleil sur son nez. Elle n'avait pas envie qu'on apprenne qu'elle venait ici, si ses sponsors le découvraient elle perdrait tous ses contrats, et ça elle ne s'en remettrait jamais. Elle repoussa ses longs cheveux bruns sur son épaule et entra dans le club après avoir glissé un billet au videur. Elle traversa rapidement le club, du moins aussi rapidement que ses talons aiguilles lui permettaient, elle quitta la partie éclairée et surpeuplée du Red Light pour s'engager dans la partie ou peu de personnes venaient et l'obscurité régnait. Elle trouva enfin celui qu'elle cherchait et s'avança dans sa direction. Elle remarqua seulement une fois face à lui qu'il n'était pas seul. Une jeune femme blonde était déjà en train de lui parler. Et cette jeune femme n'était autre que Lily, une jeune fille que notre italienne connaissait brièvement par le biais de Diaspro, sa meilleure amie. Incapable d'attendre car elle sentait déjà les effets disparaîtres. Soit elle avait surestimer la quantité de poudre qu'elle avait ingurgité, soit elle était plus accro qu'elle ne le pensait. Elle s'installa à côté de Yoann et salua Lily d'un signe de tête avant de prendre la parole.

- Salut Lily. Yoann, j'ai besoin de tu-sais-quoi, c'est urgent...

Elle baissa volontairement la voix sur la fin de sa phrase. Elle ne connaissait pas assez Lily pour se permettre de lui confier son addiction. Mais vu l'endroit où la blonde se trouvait, Keirie se doutait qu'elles deux avaient bien plus en commun que ce qu'elles avaient imaginé...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome

Contenu sponsorisé




Who rocks ?




● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: J'veux planer, oublier ce connard | Yoann et Keirington   

Revenir en haut Aller en bas
 

J'veux planer, oublier ce connard | Yoann et Keirington

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Ville :: ♔ Red Light-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit