AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez | 
 

 Fight for this life ▬ Lully & Leeroy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

♦ Bad Boy in a Soft Heart ♦
Bad Boy in a Soft Heart ♦

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 413
▌SAY CHEESE : .
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 09/06/2011



● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Fight for this life ▬ Lully & Leeroy   Ven 18 Mai - 1:50


Fight for this life
LULLY&LEEROY


Les coups pleuvaient. Droit, gauche, uppercut, crochet au foie. Je recevais une branlée comme rarement j’en avais reçu. A croire que l’adversaire de ce soir était un monstre qui allait me faire sortir du circuit. Et tout le monde savait que si on sortait du circuit, il n’était absolument pas sûr d’y rentrer de nouveau. Ce qui signifiait une perte immense du « salaire ». Ce monstre qui devait sans nul doute peser trente ou quarante kilos de plus que moi était entrain de me dérouiller. Chacun de ses coups faisaient trembler mon corps de part et d’autre. J’ouvrais les yeux, essayant de retrouver l’équilibre après avoir reçu un puissant coup en plein dans l’oreille mais je ne pu qu’oscillais d’un coté et de l’autre de la cage, mon oreille sonnant fortement alors que ma vue se troublait. J’essayais de voir mon adversaire, de lui faire face, de ne pas lui montrer que j’étais touché, que j’étais désormais une proie bien trop facile. Mais c’était peine perdu. Tout le monde dans la salle, autour de la cage, voyait bel et bien que j’étais dans la merde. Je ne devais pas le nier, me voiler la face. J’étais dans une merde pas possible et ce gars risquait de me tuer en un coup. Chaque coup que je recevais ce voulait destructeur. Et je me surprenais moi-même à être encore debout, encore conscient, à pouvoir me relever et repartir à l’assaut de la brute. David contre Goliath. J’en reprenais un en plein front, ma tête partant vers l’arrière, mon corps se sentant incapable de la retenir, il suivit cette dernière et je m’écrasais dans les grillages de la cage qui me renvoyaient contre mon opposant. L’envie de me laisser tomber et de perdre le combat se faisait de plus en plus sentir. Cette envie ce faisait de plus en plus alléchante tant mon corps était fatigué et en piteuse état. Mais au fond de moi, je luttais pour rester, pour trouver un moyen de gagner, de remporter la victoire et donc continuer mon parcours dans cette folie. En plus de ça, l’argent que j’allais pouvoir remporter en cas de victoire pouvait me faire tenir pendant quelques temps tranquillement.

Revenant sur mon adversaire en étant projeté par les grillages de la cage, je me voyais de nouveau reprendre un coup en pleine poire lorsque mon corps flancha, agissant seul, il me laissa glisser lentement vers le sol, évitant alors de justesse la droite phénoménale que le géant venait de m’envoyer. Je glissais sous son bras, arrivant dans son dos vu l’élan qu’il eu avec la force de son coup. Me retournant, je vis son visage se tourner vers moi et ses yeux me regarder en coin, se doutant que j’allais, si je le pouvais, profiter de cette opportunité et de cette porte ouverte pour pouvoir contrer et tenter quelque chose. Sans attendre, avec les dernières forces qu’il me restait, je bondis sur son dos de géant et enroula mes bras autour de son cou, mes jambes glissant vers son torse. La prise était simple « Mata Leone » L’avant bras sur la gorge, je serrais de toute mes forces alors que l’autre bras verrouillait la prise et appuyait sur son crâne pour accentuer l’étranglement. Je ne lâchais pas prise, serrant de toutes mes forces dans cette ultime chance pour remporter la victoire. Si j’échouais là, le combat était fini et il ne me resterait plus qu’à trouver un job à la con qui ne paye pas assez bien pour le reste de mes jours. Je ne le pouvais pas. Je ne pouvais me le permettre. Tel un enragé, un bulldog, je ne lâchais pas ma prise, serrant de toutes mes forces, sentant mon adversaire déglutir difficilement. Etait-ce entrain de marcher ? J’avais l’impression d’être suspendu à son cou depuis des heures, à serrer depuis une éternité. Je sentais mes forces me quitter et ma prise se faire douloureuse. Mes muscles me brûlaient comme jamais. Je le sentis flancher, poser un genou sur le sol, ses mais agrippant mon bras pour desserrer la prise. Mais c’était peine perdu. Il manquait cruellement d’air et ne pouvait désormais plus rien faire. Oui, la victoire se redessinait doucement. Je la sentais venir, je la sentais mienne.

Ses yeux se révulsèrent et ses forces le quittèrent d’un seul coup. Il tomba sur le ventre, moi sur son dos l’étranglant toujours, ne lâchant rien tant que personne ne viendra me dire que le combat était fini. Quelques secondes plus tard, on me tapa sur l’épaule, signe qu’il fallait que je le laisse maintenant, que je lâche prise. Je desserrais mes bras autour de son cou et glissais à ses cotés, mon torse se soulevant avec force alors que j’essayais de prendre de l’air, encore plus d’air. Je me sentais si faible. J’avais mal de partout. Lentement, je me relevais alors qu’on me proclamait vainqueur. Je saluais le dit public en levant une main vers le ciel et descendais les marches difficilement, me frayant un chemin douloureux jusqu’à la petite salle qui me servait de vestiaire. Je n’entendais pas les félicitations qui m’étaient adressées ni les insultes qui pleuvaient des gens qui avaient perdu leur argent en pariant sur l’autre. Je n’entendais rien tellement les douleurs prenaient l’ascendant en moi. Comment étais-je en mesure de tenir encore debout ? Cela me semblait impossible et irréel. Mais j’étais là, vainqueur et avançais doucement vers un coin calme où je pourrais panser mes blessures. Poussant la porte, j’entrais dans la pièce et tombais lourdement dans un vieux canapé troué et pourrit, fermant les yeux en laissant mon corps se décontracter doucement, ce dernier ayant de léger sursaut sous les douleurs alors que mes plaies ouvertes laissaient passer de longues trainée de sang. Putain… fallait que je me redresse et me soigne rapidement mais là, j’avais bien trop de mal…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

⊰ WILD CHILD, FULL OF GRACE

⊰ WILD CHILD, FULL OF GRACE

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 3219
▌HUMEUR (: : Wazaa :D
▌SAY CHEESE : Bouh :P
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 02/08/2009


YOU & ME:
MY RELATIONSHIPS::


● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: Fight for this life ▬ Lully & Leeroy   Dim 20 Mai - 1:55



❝ fight for this life ❞


On venait d'entrer dans cette sorte de hangar, je m'étais accrochée au bras de mon ami. Pas très rassurée de l'endroit où il m'avait emmener. On entendait des cris, des encouragements, des sifflements. Cet endroit ne me disait rien qui ne vaille, j'étais emmitouflé dans ma veste. Jle froid hérissait tout les poil de mon corp. Je m'étais faite belle pensant qu'on allait sortir dans un truc sympa, dans le centre de new york. Plus on s'avançai moins j'étais rassurée, me cramponnant de plus en plus à mon ami. Esteban. C'est comme ça qu'il s'appelait, il m'invitait souvent à sortir et là il avait prétexter un truc d'enfer. Pour finir par attérir dans ce truc miteux. J'avais mon foulard autour du cou, maudissant le fait que je l'avais troquer à la dernière minute contre mon écharpe, trouvant que ça allait mieux avec ma tenue. Cette mini jupe noir, avec un haut beige que j'affectionnai tout particulièrement. On finit par arriver devant la sorte de cage, ils étaient là comme des animaux en cage, je pus enfin distinguer ce qu'ils faisaient. Ils se battaient mais à quel prix. Je regardai alors plus attentivement les deux adversaire, l'un semblait bien plus en difficulté que l'autre. Les coups pleuvaient sur lui, je ne pus m'empêcher de grimacer, Esteban voyant très bien la tête que je faisais. Me prit par l'épaule, me serrant un petit peu contre lui. Je détestais la violences gratuites en réalité, c'était un principe que je n'avais jamais compris chez les hommes, cette manie de se battre pour quelle raison qu'il soit. Je continuais de suivre la scène qui se déroulaient sous mes yeux, les cris continuaient de fuser, les insultes aussi à présent, et je compris enfin, ils pariaient sur ces deux hommes. Il m'avait fallut un peu de temps à comprendre. Mais quand je vis le jeune homme a terre, je grimaçai. J'avais peur qu'il lui arrive quelque chose. Est ce que quelqu'un s'occuperait de lui quand il serait ko, par le grand baraqué en face? Surement pas les gens ne penseraient qu'a leur argent en vérité, c'est ça que je trouvais absolument abruti. L'individualité de l'homme. Je ne comprendrait surement jamais ce principe, enfin je suis mal placé pour dire ça, mon père a une boite qui fait des millions de chiffre d'affaire et plus radin que lui y'a pas. Moi aussi il faut l'avouer j'suis pas trop partageuse concernant l'argent, mais jamais je ne pourrais rester planter là comme une idiote a voir un mec aussi mal en point et ne rien faire. Je devais le tenir de ma mère, vous croyez pourquoi elle a abandonné son métier qui rapportait cent milles dollars par an, pour partir en Éthiopie, aider des enfants, pour enfin se retrouver cloitrer dans un hôpital à new york avec une infection carabinée. Un jour je ferais comme elle c'est certain, mais mon confort m'est encore bien trop précieux pour que je l'abandonne en un claquement de doigt.

Le combat finit par se retourner en faveur de celui qui était le « perdant » durant le début du combat, il bondit sur le dos de son adversaire, pour finir par l'étrangler. Il arrêta enfin quand on lui tapa sur l'épaule pour lui ordonner de s'arrêter, l'autre homme se retrouvait ko, ayant du mal à respirer. Le vainqueur finit par lever la main en signe de salut. Esteban était l'homme le plus heureux du monde il faut croire, l'homme sur qui il avait parié venait de gagner le combat. Il me fit un énorme sourire en me disant que notre soirée commençait plutôt bien, et qu'il avait prévu un tas de « trucs » pour moi. Il me fit un clin d'œil, je savais très bien qu'il mourrait d'envie de m'avoir dans son lit, mais ce n'était pas pour ce soir, il me dégoutait. Je lui fis un petit sourire distrait cherchant des yeux le vainqueur du combat, je me demandais encore comment il faisait pour tenir debout. Je finis par l'apercevoir assez furtivement, il se frayait un passage entres les gens qui hurlaient de joie et ceux qui pestiféraient des insultes à son encontre. Je lâchai Esteban, alors qu'il continuait de recevoir l'argent qu'il avait gagné grâce à son copain. Le jeune homme avait bien plus attirer mon attention. D'un certain côté je m'inquiétai, je n'aimais pas voir les gens mal en point comme ça. Même si je les connaissais ni d'Adam, ni d'Eve. Je me frayais à mon tour dans la foule, sous les sifflements des pervers du quartiers, ce que les gens pouvaient être abrutis.

Je finis par entrer dans la petite pièce, j'aperçus le jeune homme affalé sur un canapé miteux, il devait être à peine plus vieux que moi, et semblait vraiment mal en point, enfin il ne semblait pas, il l'était vraiment. Je m'avançai doucement vers lui, il semblait mort, aucune indication ne pouvait me faire supposer le contraire en réalité. Par précaution je posai mon index et mon majeur au niveau de son cou, histoire de vérifier qu'il respirait encore. J'appuyai légèrement quand il finit par ouvrir rapidement les yeux, redressant par la même occasion la tête, en s'emparant de mon poignet le serrant un peu fort, moi qui avait mal avec un simple pincement. J'eus un mouvement de recul. Je grimaçai, mon cœur n'avait fait qu'une tour, il battait la chamade dans ma poitrine, ça devait se lire dans mes yeux car le blond finit par lâcher la pression. Je lui fis un petit sourire gênée.

Est ce que ça va aller? Vous voulez que j'appelle les secours ? Je ne savais même pas quoi dire parce qu'en temps normal ce genre de chose ne m'arrivait pas, j'étais gentiment dans bulle de l'élite et tout se passait à merveille.


    c'est un peu nul, j'suis rouillée, désolé

_________________
    Lullaby Belle Wilhemina Williams Cepreani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

♦ Bad Boy in a Soft Heart ♦
Bad Boy in a Soft Heart ♦

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 413
▌SAY CHEESE : .
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 09/06/2011



● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: Fight for this life ▬ Lully & Leeroy   Dim 20 Mai - 15:01


Fight for this life
LULLY&LEEROY


Je pouvais encore entendre clairement les insultes qui m’étaient lancées alors que je me retrouvais dans l’arrière salle, sur le canapé, après ce terrible combat que je venais de gagner. De toute évidence, beaucoup de personne avait pariée sur ma défaite et étaient sans nul doute dégoutée maintenant de m’avoir vu gagner. Dégouté d’avoir perdu leur argent. C’était les risques et ils les connaissaient en venant parier sur des combats. S’ils n’étaient pas prêts de perdre, ils devaient clairement ne plus venir jouer. Cependant, ma victoire faisait aussi pas mal d’heureux. Vu la cote sur ma victoire qui était assez grande, les quelques rares personnes qui avaient osées parier sur moi se retrouvaient maintenant plein aux as, et je pouvais les entendre pourrir ceux qui avaient perdu, heureux comme jamais, chantant presque mes louanges. Je souriais dans ma pièce en les entendant, alors que je tanguais difficilement vers le canapé où je m’affalais de tout mon poids, fatigué et tellement amoché qu’il m’était assez dur de me soignais directement. J’avais besoin de repos, de reprendre mon souffle et mes forces pour pouvoir apporter les premiers soins à mon corps en piteux état. Ce n’était pas possible, comment arrivais-je encore à bouger ? A être conscient ? Après tout ce que j’avais pu prendre en pleine gueule… Cela me choquait quelque peu. Fermant les yeux, je repensais alors à tout ça, à tout ce qui s’était passé. Au moment où j’avais flanché et pris dans la tête tous les coups qu’il pouvait m’envoyé. Il fallait que j’analyse la situation, que je revois les choses clairement pour éviter de retomber dans ce genre de « piège » lors d’un prochain combat.

Les yeux clos, le corps allongé de toute part sur le canapé miteux qui faisait office de couchette dans cette pièce crade au possible, je me replongeais alors dans ce combat infernal qui avait failli me voir perdre totalement mon statut d’invaincu et de dieu de l’arène. Je revoyais clairement ses poings, aussi gros que ceux d’un géant, s’écraser avec force sur mon visage, faisant trembler chaque parcelle de mon corps, mon cœur s’arrêtant l’espace de quelques petites secondes et l’air entrant avec difficulté dans mes poumons. Suivit d’un autre coup, pleine poitrine, puis dans le foie, me coupant totalement la respiration et mes appuis, mes jambes fléchissant et mon corps s’écrasant sur le sol, en proie à ce monstre de guerre. Je ne savais pas d’où il sortait, qui l’avait fait entrer dans l’arène mais de toute évidence, quelqu’un cherchait à me briser. Quelqu’un en avait marre de me voir gagner et voulait à tout prix me mettre hors circuit. C’est pourquoi ce monstre venait d’apparaître dans l’arène. Une personne que je n’avais encore jamais vu par ici. Si l’effet de surprise avait été immense, j’étais maintenant sur mes gardes pour mes prochains combats. Car oui, en plus d’avoir gagné contre ce titan, je savais que j’allais me remettre de mes blessures et revenir sur le devant de la scène, face à tous ces riches qui ne savaient pas quoi faire de leur argent. Et ça, le fait de pouvoir revenir, était une victoire en soit sur cet homme, que je ne connaissais pas, qui voulait me voir perdre et sortir du circuit.

En pensant à tout ceci, je n’entendis pas rentrer dans l’arrière salle la personne qui s’était approchée de moi. Je ne l’entendis ni ne la sentis s’installer sur le bord du canapé, près de moi, alors que j’avais les yeux clos et que mon état ne laissait rien présager de bon sur ma santé. Ses doigts se posèrent sur mon cou en appuyant quelque peu et là j’eu un mouvement assez vif et limite dangereux à son encontre. Ayant en tête qu’il devait s’agir d’une personne envoyé pour finir le travail je m’étais alors redressé vivement contre la jeune femme que je découvrais enfin et avais saisie un peu trop fortement son poignée. Se reculant vivement, elle me demanda rapidement Est ce que ça va aller? Vous voulez que j'appelle les secours ? M’apercevant qu’elle n’avait en rien l’air mauvaise, je passais une main sur mon visage en venant m’assoir plus décemment sur le canapé et releva mon visage vers elle. Je ne devais pas être très beau à voir. « Veuillez m’excuser je… je pensais qu’il s’agissait de quelqu’un d’autre. Merci mais non, pas besoin de secours, je vais réussir à soigner tout ça… enfin je crois. » Lui répondis-je avec un petit sourire qui se voulait réconfortant, annonçant qu’elle n’avait pas besoin de s’inquiéter pour moi ou de perdre son temps avec quelqu’un qui n’était pas de sa classe sociale. Car oui, en voyant son style vestimentaire, je pouvais me rendre compte que nous étions tous les deux de deux mondes bien différents.



Mais non c'est loin d'être mauvais Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

⊰ WILD CHILD, FULL OF GRACE

⊰ WILD CHILD, FULL OF GRACE

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 3219
▌HUMEUR (: : Wazaa :D
▌SAY CHEESE : Bouh :P
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 02/08/2009


YOU & ME:
MY RELATIONSHIPS::


● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: Fight for this life ▬ Lully & Leeroy   Lun 28 Mai - 17:12



❝ fight for this life ❞


 Est ce que ça va aller? Vous voulez que j'appelle les secours ? Il finit par se redresser sur le vieux canapé qui menaçait de se plier en deux à chaque seconde. Il passa une main sur son visage bien amoché. Il finit par plonger son regard dans le mien, je ne pus m'empêcher de détourner le regard, Veuillez m’excuser je… je pensais qu’il s’agissait de quelqu’un d’autre. Merci mais non, pas besoin de secours, je vais réussir à soigner tout ça… enfin je crois., me fit il en m'adressant un petit sourire, on me la faisait pas a moi cette vieille vanne du je suis un homme fort je peux me soigner tout seul. Thybalt il est le même a vouloir faire les gros bras et il hurle a la mort quand j'ai l'idée de lui mettre une poche de petits pois congelés sur sa joue car il voulut faire son beau en face à une armoire à glace. Comme quoi mon frère n'avait pas la lumière à tout les étages, mais bon faut croire que c'était de famille, j'avais toujours eus cette tendance a tout foutre en l'air quand tout allait bien. En réalité je ne pouvais m'empêcher de m'inquiéter pour lui, qu'est ce qui le poussait à faire des combats de la sorte, arrivant à la fin presque en milles morceaux. Je ne comprendrais jamais comment les gens prennent un malin plaisir a faire des choses de la sorte, a se foutre en l'air. En même temps je devais d'abord penser à me regarder dans un miroir, moi qui ordonnait aux gens de faire des choses que même moi je ne faisais pas.

Je regardai autour de moi, la pièce était vraiment glauque, il devait s'y cacher bon nombre d'infection. Puis finalement je préférais être dans cette pièce miteuse plutôt que de rejoindre Esteban, qui devait déjà avoir pleins d'idées pour nous deux alors que rien que cette pensée me répugnait. Je passai un main dans mes cheveux, puis fixai l'homme en face de moi. Vous êtes sur ? Parce que ça ne me dérange pas de vous soigner, parce que je doute que vous puissiez le faire vous-même. Vu l'état dans lequel il vous a mit. Je me redressai à la recherche de désinfectant et de pansement, j'en trouva assez rapidement dans un sac de sport noir. A l'intérieur se trouvait des compresses du désinfectant des bandages, un vrai kit de survie pour personne bien amoché je devrais en faire un pour Thybalt je suis persuader que ça fonctionnerait à merveille. Puis d'abord qu'est ce qui me prenait de lui demander ça, moi qui ne supportait pas le sang, déjà quand je dois faire une prise de sang à l'hôpital, c'est la croix et la bannière alors là si je dois soigner quelqu'un qui a des plaies ouvertes, plus qu'à prier pour que je ne rejoigne pas Tom Cruise dans le Lullabyland autrement dit que je ne tombe pas dans les pommes. Je fermais les yeux pendant deux secondes, le silence se faisait un peu pesant dans la pièce, je lui souris, bon maintenant faut que je fasse la conversation, ça ça allait être une autre épreuve. Je pris une petit inspiration, j'ouvris la bouteille de désinfectant, puis en mis un peu sur la compresse stérile que je venais de sortir du sachet.

Je me ré-approchai du jeune homme en tamponnant légèrement la compresse d'alcool sur la plaie ouvert de blond. Il n'y avait aucune réaction sur son visage, alors que je voyais très bien que ça faisait mal ,en fait j'avais mal pour lui donc tout s'expliquait sur le fait que je sois encore plus mal que d'habitude. J'étais un peu psychosé sur les bords en fait comme nana. Genre ce gars devait ma prendre pour une folle furieuse avec mon air de calimero. T'a mal encore où ? fis je terminant mon bandage que je lui avais mis à son poignet. Je m'inquiétais surtout qu'il ait quelque chose de cassé c'est aussi pour ça que j'aurais voulus l'emmener aux urgences. Pourquoi est ce que tu fais ces combats, je veux dire quel satisfaction tu peux y trouver, je ne comprends pas vraiment. J'aimerais beaucoup comprendre. Je lui fis un petit sourire gêné, je le fixai pendant un moment dans les yeux.

_________________
    Lullaby Belle Wilhemina Williams Cepreani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

♦ Bad Boy in a Soft Heart ♦
Bad Boy in a Soft Heart ♦

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 413
▌SAY CHEESE : .
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 09/06/2011



● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: Fight for this life ▬ Lully & Leeroy   Lun 28 Mai - 22:04


Fight for this life
LULLY&LEEROY


Sa proposition était des plus gentilles et j’aurais très bien pu accepter puisque je ne voyais pas comment j’allais réussir à me soigner. Après la branlée que je venais de me prendre dans la cage, survivant sans savoir réellement comment, j’étais tellement faible que je savais que j’allais galérer pour pouvoir m’apporter les premiers soins. Je regardais cette jeune femme que je ne connaissais pas et qui devait avoir environ mon âge. Je me demandais ce qu’elle faisait ici, dans cette pièce, avec moi. Je ne comprenais pas trop. A première vue, elle devait faire partie d’une catégorie sociale différente de la mienne. Rien qu’à voir sa tenue vestimentaire, cela m’annonçait qu’elle devait certainement faire partie des riches présent dans la salle et qui pariaient sur nos combats. Alors oui, je me demandais pourquoi elle se retrouvait avec moi dans cette salle piteuse à me proposer de l’aide. Elle devait normalement se retrouver avec ses amis à prendre l’argent gagné. Je la regardais donc en m’excusant aussi de mon geste, et la vis détourner le regard, visiblement gênée par le fait que j’avais osé poser mes yeux dans les siens. En même temps, je ne devais pas être beau à regarder à ce moment là. Les bleus, les coupures, la sueur et autres… tout ceci ne jouait pas en ma faveur. Et même si je trouvais la jeune femme assez belle, la réciproque ne devait certainement pas exister. Je me redressais toute fois du mieux que je pouvais et refuser gentiment son offre. On ne pouvait appeler les secours. Ne serait-ce dans ce genre de lieu. N’avait-elle pas vraiment remarquée que nous étions dans un lieu minable où des combats illégaux avaient lieu ? Où tout ceci était illégal de part et d’autre ? Si jamais des secours venaient, ce serait la fin. La fin de mon aventure dans ce monde noir, la fin du gain d’argent rapide. La fin de tout. Car oui, pour le moment, il n’y avait rien de plus important que ce monde pour moi. Dans le sens où s’était grâce à lui que je pouvais gagner facilement de l’argent et faire vivre tranquillement ma sœur. Nous faire vivre sans réel souci financier. Je ne me voyais pas du tout aller travailler dans des restaurants rapides pour à peine mille dollars du mois. Non, cela était impossible. Surtout lorsque je pouvais combattre et empocher dix fois cela en une seule nuit.

« Vous êtes sur ? Parce que ça ne me dérange pas de vous soigner, parce que je doute que vous puissiez le faire vous-même. Vu l'état dans lequel il vous a mit. » Je reposais alors mon regard sur le visage de la jeune femme, lui souriant légèrement après l’avoir entendu. Là c’était différent. Je ne pouvais décemment pas refuser les soins d’une fille si belle mais qui avait vraiment l’air de vouloir m’aider et de faire ça le cœur sur la main. Si elle n’appelait pas les secours, alors cela me convenait. Alors qu’elle se redressait en regardant autour d’elle, surement à la recherche de quelque chose pouvant me soigner, je lui répondais doucement en lui montrant mon sac de sport noir qui se trouvait près d’elle « Dans ce cas… je ne peux refuser. Je vais avoir bien besoin de votre aide… » Lui dis-je en soufflant, grimaçant en relevant le bras pour essayer de m’étirer un petit peu. « Cela ne te dirait pas de se tutoyer ? » Lui demandais-je alors qu’elle fouillait dans le sac. « J’ai un peu du mal avec le vouvoiement » lui révélais-je donc. Je la regardais donc fouiller dans mon sac de sport. Il s’y trouver dedans tout ce qui était nécessaire pour les premiers soins. Une vraie pharmacie digne des plus grandes. Il y avait de tout contre les douleurs, contre les coups, contre les coupures. Des calmants, des pommades, des crèmes, des bandes, des compresses, du désinfectant. De tout. Je prenais le soin de garder cette petite trousse à pharmacie toujours impeccable avant d’aller me battre. J’étais beaucoup plus rassuré de retrouver tout ça après chaque combat, de me dire que je pouvais m’apporter les premiers soins avant d’aller voir un médecin ou autre. Tant que je n’avais rien de casser cela allait. Je pouvais subvenir tout seul à mes soins. Enfin, plus ou moins.

Après avoir trouvé ce qu’elle cherchait, la belle revenait vers moi avec des compresses, du désinfectant et des bandes. Elle allait sans nul doute s’occuper de mes coupures que j’avais au visage et sur les mains. Elle déposa alors une compresse sur une de mes plaies ouvertes. Je ne laissais rien paraître, toujours dans l’optique de ne jamais laisser paraître mon mal à mes adversaires, alors que je ressentais le produit me piquer terriblement. Ce produit était d’un criminel… je la regardais faire du coin de l’œil et m’apercevais qu’elle n’avait pas l’air bien. Elle grimaçait doucement et évitait comme elle le pouvait de regarder ma plaie et le sang qui en sortait. Aurait-elle une frayeur concernant le liquide vermeil ? « T'a mal encore où ? » Je souriais « Un peu partout en fait. » Je n’en faisais pas trop, j’avais effectivement mal un peu partout. Ce qui était compréhensible après ce qui s’était passé dans la cage. « Pourquoi est ce que tu fais ces combats, je veux dire quel satisfaction tu peux y trouver, je ne comprends pas vraiment. J'aimerais beaucoup comprendre. » Je la regardais tout en la remerciant des premiers soins qu’elle avait déjà pu m’apporter. Elle me souriait tout en me regardant dans les yeux. En captant mon regard pour la première fois depuis qu’elle était entrée dans la pièce. Elle avait un beau sourire, très communicatif. Pourquoi faisais-je ça ? Y trouvais-je une certaine satisfaction ? Comment pouvais-je lui expliquer alors qu’elle me regardait avec sérieux, me démontrant qu’elle voulait vraiment en apprendre plus. Je soufflais alors doucement, essayant de retrouver mes esprits avant de répondre. « Il s’est passé quelque chose dans ma vie qui ma conduis à devoir faire un choix. Travailler normalement comme la plupart des gens et galérer pour trois sous, ou alors faire les choses plus dangereusement pour pouvoir faire vivre ma famille à l’abri du besoin. Mon choix a été vite fait et je me suis retrouvé ici. Satisfaction ? Il n’y en a aucune je te rassure. » Essayais-je alors de lui expliquer. Arriverait-elle à réellement me comprendre ? Je ne savais pas trop. Avais-je était clair ? Il me semble que oui. M’enfin bon, cela restait tout de même flou. Ce monde était flou et il serait donc normal qu’elle ne comprenne pas le pourquoi du comment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

⊰ WILD CHILD, FULL OF GRACE

⊰ WILD CHILD, FULL OF GRACE

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 3219
▌HUMEUR (: : Wazaa :D
▌SAY CHEESE : Bouh :P
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 02/08/2009


YOU & ME:
MY RELATIONSHIPS::


● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: Fight for this life ▬ Lully & Leeroy   Ven 8 Juin - 22:31



❝ fight for this life ❞


 Vous êtes sur ? Parce que ça ne me dérange pas de vous soigner, parce que je doute que vous puissiez le faire vous-même. Vu l'état dans lequel il vous a mit. Lui demandai je en regardant la direction où se trouvait le sac de sport. Dans ce cas… je ne peux refuser. Je vais avoir bien besoin de votre aide… me fit il en soufflant et il grimaça un peu en s'étirant. Cela ne te dirait pas de se tutoyer ? me fit il alors que je fouillai dans le sac, je relevai alors la tête vers lui J’ai un peu du mal avec le vouvoiement J'haussai les épaules, pour moi c'était pareil. Même si je préférais aussi le tutoiement. Je finis par acquiescer.

Moi c'est Lullaby Williams-Cepreani... Mais appelle moi Lullaby, ou bien Lully Lui fis je en lui tendant la main, je finis par grimacer avant de passer cette même main dans mes cheveux. Pierre Richard en action, le pauvre avait déjà du mal à tendre le bras alors me serrer la main ça devenait encore plus compliqué. Désolé sale habitude. Je souris à nouveau, j'étais un peu gênée et il devait l'avoir remarquer car j'avais légèrement rougit, je n'aimais pas ça rougir c'était absolument stupide, il allait croire que j'étais une de ces minettes qui gloussent et qui rougissent à tout va alors que j'étais légèrement différente, en bien plus folle, tyrannique et emmerdeuse que le reste de la population féminine de New York ce qui faisait que j'arrivais à me démarquer pas mal du reste de la troupe de l'élite. Je finis par lui appliquer les premiers soins dont il avait besoin, manquait de tourner de l'oeil en blanchissant légèrement à la seule vue du sang, je détestait ça, quand je me coupais, on devait limite appeler les secours,, et je faisais la misère à toute l'assemblée. Enfin l'assemblée se constituait de Nicho', Thybou, April, Sun' et Haley en gros mes petits esclaves de la maison. Je finis par lui demander alors que je cachais le sang avec la compresse.T'a mal encore où ? Je souriais, il me rendis le même sourire. Un peu partout en fait. Je grimaçais eh bien vivement que l'épreuve du sang soit passer j'allais pas encore rester animée longtemps.

Pourquoi est ce que tu fais ces combats, je veux dire quel satisfaction tu peux y trouver, je ne comprends pas vraiment. J'aimerais beaucoup comprendre. Il s’est passé quelque chose dans ma vie qui m'a conduis à devoir faire un choix. Travailler normalement comme la plupart des gens et galérer pour trois sous, ou alors faire les choses plus dangereusement pour pouvoir faire vivre ma famille à l’abri du besoin. Mon choix a été vite fait et je me suis retrouvé ici. Satisfaction ? Il n’y en a aucune je te rassure. Je le regardais alors je ne comprenais toujours pas enfin ça pouvait être compréhensible d'un autre point de vue que le mien, parce que je n'étais pas forcément le modèle de la personne qui comprenait tout sur tout. J'avais toujours été élevée avec une petite cuillère d'argent dans la bouche, toujours à avoir les plus belles robes, les plus beaux cadeaux, les plus beaux bijoux que dieu ait put inventer. Avant je ne pouvais imaginé que les gens puissent vivre dans d'autres conditions que celle que j'avais bien sûr j'avais toujours été enfermé dans une bulle dorée. Enfin ça s'était avant que mes parents ne divorcent, merci papa. Grâce a toi j'ai ouvert les yeux, quand avec ma mère nous avions déménager dans cette appartement plus petit que ma chambre. Puis après nous avons déménager au Mexique où le taux de pauvreté est bien haut, c'est la que j'ai découvert la différence entre les gens comme mon père, ou bien l'élite et les autres. Ce choix n'est-il pas trop dangereux pour ta santé ta vie, si un jour tu te retrouve ko, comment comptes tu faire ? Risquer de rendre les gens de ta famille malheureux, alors que finalement tu voulais les rendre heureux. C'est un peu le sens inverse que ce que tu désirais non ? Comment comptais tu faire si je n'aurais pas été là? Bien que je ne suis pas indispensable a ta guérison ? Je le voyais qui me fixait, je soutenue son regard pendant de longues minutes pour finir par le détourner, le portant sur mon nouveau smartphone, mon père avait réussis à dégoter cette merveille je ne sais pas trop où, mais je l'adorais. Sur l'écran s'affichait la photo d'esteban, je raccrochai je n'avais pas envie de lui parler au pire je rentrerais à pied ou j'appellerais thybalt ou bien nicho'. Au pire je prendrais un taxi, ça valait le coup aussi. Désolé c'est pas mes affaires, je sais très bien Je me sentais un peu gênée de l'avoir bombardée de questions d'un coup, je continuais de faire ce que j'avais a faire.

Je dois t'avouer un truc... Je tombe très facilement dans les pommes quand je vois du sang.. Mais là ça va pour le moment. Fis je en finissant de bander ses mains écorcher, plus aucune trace de sang, je me sentais déjà mieux. Je lui tendis un comprimé contre la douleur, ainsi qu'une bouteille que j'avais pris soin d'ouvrir avant de lui donner. J'avais enlever entre temps ma veste, laissant découvrir ma tenue, cette mini jupe noire et mon haut beige préféré.

Ca t'aideras à avoir moins mal..

_________________
    Lullaby Belle Wilhemina Williams Cepreani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

♦ Bad Boy in a Soft Heart ♦
Bad Boy in a Soft Heart ♦

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 413
▌SAY CHEESE : .
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 09/06/2011



● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: Fight for this life ▬ Lully & Leeroy   Sam 9 Juin - 0:00


Fight for this life
LULLY&LEEROY


Gentille, adorable, mignonne… tels étaient les mots qui me venaient en tête alors que mes yeux étaient posés sur le visage doux et harmonieux de la jeune femme qui me proposait son aide. Une jeune femme bien habillée, avec une certaine classe et qui devait sans aucun doute faire partie d’un monde que je ne connaissais pas, qui était loin d’être le mien. Une jeune femme que je ne connaissais pas. Pourquoi était-elle là alors ? Mise à part les paris, je ne voyais pas. Je ne comprenais pas pourquoi elle était venue dans les coulisses, dans cette sale mal propre et crasseuse. Pourquoi elle était venue me voir. Cela n’avait pour moi aucun sens. De tout temps, les riches ont toujours méprisés les pauvres. Jamais ils ne se seraient salis les mains pour les aider et encore moins les soigner comme elle s’apprêtait à le faire. Je ne comprenais pas son geste mais je la laissais faire. Je voulais voir ce qu’elle allait faire réellement. Voir si elle était sérieuse dans son entreprise ou non. J’acceptais donc sa proposition puis lui demanda si cela ne la dérangeait pas trop qu’on se tutoie. Je préférais, surtout qu’elle avait l’air d’avoir plus ou moins mon âge. Cela serait trop bizarre de continuer sur du vouvoiement. Enfin, c’est ce que je pensais. Me regardant, elle acquiesça finalement avant de me tendre la main et de se présenter. « Moi c'est Lullaby Williams-Cepreani... Mais appelle moi Lullaby, ou bien Lully » Elle me tendit la main, attendant certainement que je la lui serre en me présentant. Je levais mes yeux vers les siens et essayais de bouger le bras mais la difficulté était telle que les secondes passèrent et qu’elle retira sa main en rougissant, s’excusant « Désolé sale habitude » Je lui souriais et d’une signe de tête lui annonçais que ce n’était rien. « Ne t’en fais pas, y a pas de mal. C’est moi qui devrais m’excuser de ne pouvoir me présenter comme il se doit devant une fille de ta classe. Leeroy Jenkins. Mais tu peux m’appeler Lee. Ravis de faire ta connaissance. »

Une fois le matériel prit, Lully s’affaira donc à la tâche qu’elle m’avait proposée et m’appliqua les premiers soins. Je la laissais faire, mes membres se décontractant doucement alors que je sentais le bien être des désinfectants et des crèmes faire effet. Je la regardais aussi de temps à autres, voyant son beau visage blanchir parfois alors qu’elle continuait comme si de rien n’était. Soit elle avait une sorte de maladie de la peau, soit elle n’était pas à l’aise à la vue du sang qui parsemé mon corps. La deuxième solution était la plus potable et j’espérais pour elle que ce soit le cas. Les maladies de la peau ou du sang étant des choses bien trop chiante et dur à gérer. Finissant les premiers soins, elle me demanda alors où est-ce que j’avais mal encore, tout en souriant, peut-être satisfaite du travail qu’elle accomplissait. Je lui souriais de la même manière, amusé de la situation et par rencontre et lui répondais sur le ton de la plaisanterie que j’avais mal un peu partout. Chose pas totalement fausse en fait puisque j’avais reçu pas mal de coup ce soir et que mes blessures du combat dernier n’avaient pas encore complètement guéries. Elle grimaça et me demanda alors pourquoi je faisais ça, quelle satisfaction j’y trouvais. Je la regardais alors, voyant qu’elle avait vraiment l’air de vouloir comprendre le pourquoi des choses, et après quelques secondes, lui répondis. Je ne savais pas si elle avait bien pu comprendre réellement tout ça mais voila, je lui avais dit, sans trop lui révéler, le pourquoi du comment. « Ce choix n'est-il pas trop dangereux pour ta santé ta vie, si un jour tu te retrouve ko, comment comptes tu faire ? Risquer de rendre les gens de ta famille malheureux, alors que finalement tu voulais les rendre heureux. C'est un peu le sens inverse que ce que tu désirais non ? Comment comptais-tu faire si je n'aurais pas été là? Bien que je ne suis pas indispensable à ta guérison ? » Enchaîna-t-elle sans me laisser le temps de répondre à la première question. Je la regardais. La belle soutenait mon regard, plus longtemps qu’au début, étant certainement plus à l’aise avec moi. Puis, son téléphone se mit à vibrer et elle détourna le regard « Désolé c'est pas mes affaires, je sais très bien »

« Il n’y a pas de problème. Le choix est dangereux j’en conviens. Si un jour je dois être KO alors je serais KO. Et je prendrais un autre chemin ou chercherais du travail. Car dans ce monde, perdre signifie perdre sa place dans le milieu et donc ne plus gagner d’argent. Ma famille ? … Je n’ai pratiquement plus de famille… Si tu n’avais pas été là, je me serais sans doute endormi sur ce vieux canapé pourri et me serrais réveiller demain matin avec plus de force pour rentrer chez moi, comme cela à souvent été le cas. Regarde, je suis toujours vivant là devant toi, donc tu dois bien penser que j’ai déjà vécu ce genre de situation. » Rétorquais-je rapidement tout en lui souriant alors qu’elle continuait de me soigner sans rien dire, écoutant tranquillement ma réponse. « Je dois t'avouer un truc... Je tombe très facilement dans les pommes quand je vois du sang.. Mais là ça va pour le moment. » M’avoua-t-elle ce qui me fis sourire avant de rire doucement. Non je ne me moquais pas d’elle. Pas du tout. Je pouvais comprendre cette sorte de phobie. « Et tu as quand même pris sur toi pour m’aider ? » Lui demandais-je alors, surpris, très surpris. Mais agréablement surpris. « Je ne vaux certainement pas une telle attention mais… merci. Sincèrement. » C’était touchant comme genre de geste en sachant qu’elle n’était pas du tout à l’aise avec le sang. Qu’elle faisait sans doute son possible pour ne jamais avoir à voir une goutte de ce liquide et pourtant, elle avait pris sur elle pour m’aider moi, un inconnu. Elle me tendit un comprimé puis une bouteille d’eau en annonçant « Ca t'aideras à avoir moins mal.. » Je souriais et prenais le tout en avalant le comprimé, la laissant se mettre à ses aises et découvrant sa tenue. Je ne pouvais penser qu’elle était belle fille, très attirante en plus d’être touchante et gentille. Me réinstallant de manière plus correcte, j’enfilais un t-shirt et me relevais en lui faisant face. « Merci pour tout. Et toi dis moi, que fais tu dans un tel endroit ? Je veux dire, tu as une certaine classe, une certaine fortune et tes aussi très belle. Alors pourquoi être venue dans un endroit aussi pourrie où tu peux te faire agresser voir même violer ? » Demandais-je sans mâcher mes mots. Il fallait bien qu’elle se rende compte de l’endroit vraiment désastreux où elle se trouvait. « Et ton petit copain n’est-il pas entrain de t’attendre ou te chercher ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

⊰ WILD CHILD, FULL OF GRACE

⊰ WILD CHILD, FULL OF GRACE

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 3219
▌HUMEUR (: : Wazaa :D
▌SAY CHEESE : Bouh :P
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 02/08/2009


YOU & ME:
MY RELATIONSHIPS::


● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: Fight for this life ▬ Lully & Leeroy   Sam 9 Juin - 19:44



❝ fight for this life ❞


Ne t’en fais pas, y a pas de mal. C’est moi qui devrais m’excuser de ne pouvoir me présenter comme il se doit devant une fille de ta classe. Leeroy Jenkins. Mais tu peux m’appeler Lee. Ravis de faire ta connaissance. Je souris alors qu'il me disait cela. Ma classe ? lui fis je, un petit sourire en coin sur le visage. Parce que y'a des plus classe et moins classe que moi, tu sais les vêtements ça fait beaucoup. Je lui fis un clin d'œil. Puis pas besoin de trucs fous pour moi, un ravi de te connaître me suffit amplement. Je souris à nouveau, avant de passer à nouveau une main dans mes cheveux c'était une sale manie que j'avais depuis un bon bout de temps. Je lui souris à nouveau. Ca m'étonnait qu'il me disait ça. j'aurais pus très bien m'habiller comme un sac, lui fis je en souriant, avant de lâcher un petit rire. J'aurais pas eus autant de classe. Finalement j'étais bien mieux dans cette pièce avec Leeroy, en plus il était mignon donc ça arrangeait tout, ma soirée était bien plus intéressante depuis que j'étais dans cette pièce, bien qu'elle soit un peu miteuse et que pas mal de bactéries devaient se balader dans le coin. Ravie de te connaître aussi, fis je sortant une petite bouteille de désinfectant pour main de mon sac. Chassez le naturelle et il revient au galop, mon côté maniaque compulsive refaisait surface. Sale habitude, fis je rangeant à nouveau le flacon dans mon sac.

Il n’y a pas de problème. Le choix est dangereux j’en conviens. Si un jour je dois être KO alors je serais KO. Et je prendrais un autre chemin ou chercherais du travail. Car dans ce monde, perdre signifie perdre sa place dans le milieu et donc ne plus gagner d’argent. Ma famille ? … Je n’ai pratiquement plus de famille… Si tu n’avais pas été là, je me serais sans doute endormi sur ce vieux canapé pourri et me serrais réveiller demain matin avec plus de force pour rentrer chez moi, comme cela à souvent été le cas. Regarde, je suis toujours vivant là devant toi, donc tu dois bien penser que j’ai déjà vécu ce genre de situation. Je le regardai alors qu'il m'expliquait la situation. D'un côté je comprenais, parfois c'était tellement plus simple de faire quelque chose qui est nocif pour nous, nous ramenant ainsi au but plus facilement, que quelque chose qui nous demanderait bien plus d'effort. D'un autre côté je ne comprenais pas, mon naturel de petite fille a papa revenais comme à son habitude. Je ne comprenais pas d'un autre côté, enfin je devais arrêter de lui poser des question à tout va. Bon ben ce soir, tu ne risques pas de mourir de tes blessures, je suis là. Et puis je préfère te savoir entier car là, on sait jamais ce qui pourrait t'arriver, une météorite qui pourrait percuter ce hangar, je m'en voudrais trop de t'avoir laisser là en réalité.

Et tu as quand même pris sur toi pour m’aider ? Je le regardai en acquiesçant, oui oui il existait encore des gens qui agissaient juste pour aider son prochain, ça me prenait parfois pas souvent je voulais dire, mais ça m'arrivait la preuve avec Nicholas, bon okay ce jour là j'étais pas très sobre mais c'était coul quand même, j'ai quand même rencontré mon meilleur ami en lui proposant de prendre une douche à la maison. Je ne vaux certainement pas une telle attention mais… merci. Sincèrement. Je fronçai les sourcils à ses paroles, il ne devait pas être sérieux, ou peut être qu'il n'avait pas grande estime pour lui, ce qui me semblait étrange. Toutes les personnes en difficulté devraient pouvoir compter sur quelqu'un quand ça ne va pas bien. Bon ça te fera cinquante dollars d'aide.. Devant sa tête je ne pus m'empêcher de lâcher un petit rire. Je rigole, j'ai pas besoin d'argent.. Le pire c'est que c'était vrai enfin j'avais pas besoin de son argent, il faisait d'autres chose bien plus utile genre à la base mon argent il me sert strictement à rien vu que j'ai déjà tout. Ça t'aideras à avoir moins mal.., lui dis je en lui tendant la bouteille d'eau et l'antidouleur. Il sourit avant de prendre les médocs que je lui avait tendu. Il m'avait sourit, il avait un sourire à en faire tomber plus d'une, je savais pourquoi maintenant je prenais sur moi. Merci pour tout. Et toi dis moi, que fais tu dans un tel endroit ? Je veux dire, tu as une certaine classe, une certaine fortune et tes aussi très belle. Alors pourquoi être venue dans un endroit aussi pourrie où tu peux te faire agresser voir même violer ? Je le regardai, puis fit un petit sourire J'ai une bombe au poivre dans mon sac puis j'ai fais du karaté pendant cinq ans.. en fait je rigole pour le karaté, par contre pour le bombe au poivre, je sais aussi relativement courir vite avec des talons. Mon meilleur ami en a la preuve... Je souris de toute mes dents, avait de m'asseoir sur la table basse.

Et ton petit copain n’est-il pas entrain de t’attendre ou te chercher ? Je lui souris, avant de lui répondre le dernier copain sérieux que j'avais eus j'avais quinze ans , rien qu'a cette pensée je secouai la tête, je m'étais promis de ne plus penser à lui : J'ai pas de copain, c'est juste un pote à moi, mais bon il veut sortir avec moi et j'ai trouvé un bon moyen de lui faire comprendre que j'étais pas intéressée. Il voulait m'emmener ici, pour me montrer à quel point dépenser l'argent de son père c'était troooop cool.. J'haussai les épaules, en souriant. Voilà ce qui différenciait les east sider, de moi, enfin si je peux dire ça, parce que je préférais moi garder mon argent, plutôt que de le dépenser a tout va, enfin mon amour inconditionnelle pour le shopping c'était une autre histoire, enfin aller demander des explications à ma mère. C'est de sa faute, tout mes achats compulsifs de vetêments.

_________________
    Lullaby Belle Wilhemina Williams Cepreani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

♦ Bad Boy in a Soft Heart ♦
Bad Boy in a Soft Heart ♦

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 413
▌SAY CHEESE : .
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 09/06/2011



● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: Fight for this life ▬ Lully & Leeroy   Dim 10 Juin - 2:57


Fight for this life
LULLY&LEEROY


« Ma classe ? » Me demanda-t-elle avec un petit sourire en coin très craquant après avoir entendu ma réponse. « Parce que y'a des plus classe et moins classe que moi, tu sais les vêtements ça fait beaucoup. Puis pas besoin de trucs fous pour moi, un ravi de te connaître me suffit amplement. » Continua-t-elle alors avec un petit clin d’œil. Je souriais à mon tour, attiré par ce clin d’œil. « Dans ce cas je suis réellement ravi de te connaître Lully. » Lui répondis-je, un sourire en coin à mon tour alors que la belle continuait de me regarder, passant une main dans ses longs cheveux. « J'aurais pus très bien m'habiller comme un sac » Lança-t-elle en souriant avant de rire doucement. Je me joignis à son rire avant de la regarder dans les yeux. « Tu sais, les vêtements ne font pas tous. Tu aurais pu être habillée comme un sac, j’aurais tout de même pensé que tu as une certaine classe. Cela se voit dans tes yeux, sur ton visage. » Lui révélais-je alors. J’avais une certaine facilité pour décortiquer les gens généralement. D’un simple coup d’œil, je voyais certaines choses et cela me suffisait. Du moins pour une premier « rancard ». Cela m’aidait à savoir si je voulais en connaître plus sur la personne ou non. Et Lully était une fille très intéressante qui me donnait envie d’en connaître plus sur elle. Elle m’annonça qu’elle était elle aussi ravie de faire ma connaissance, ce qui me fit sourire, et sortit un petit flacon de désinfectant pour les mains, ce qui me fit rire légèrement. « Sale habitude » Je fis un non de la tête en souriant. « C’est normal vu l’endroit, y a pas de problème. » Répondis-je en allant dans son sens. Même moi je trouvais cet endroit vraiment pourri et crasseux.

Elle me posa par la suite des questions sur ma vie. Sur le pourquoi je faisais tout ça. Si je n’avais pas peur de laisser ma famille etc… des questions qu’une personne de proche aurait pu posée, une personne souciante. Je regardais Lully en fronçant très légèrement les sourcils. Quelque chose d’à peine visible. Cela me faisait réfléchir. Ses questions, cette façon de les poser, ce ton dans la voix. J’avais presque l’impression qu’elle s’inquiétait pour ma petite personne. Pourquoi ? Je n’étais absolument rien pour elle. Nous ne nous connaissions même pas. Même si nous étions entrain de faire connaissance en ce moment même. Je la regardais, surpris par cette sorte d’inquiétude qu’on pouvait à peine percevoir sur son visage et dans le ton de sa voix et souriais doucement tout en lui répondant, essayant en même temps de dédramatiser la chose et de lui faire oublier toute peur ou soucis. J’étais tout de même agréablement surpris par ce comportement. Par son comportement. Comme quoi il existait des gens sur Terre capable de vous surprendre et de vous donner envie de croire en eux. Lully en faisait partie, même si je ne la connaissais pas. Ce que je voyais d’elle me plaisait et me suffisait pour en faire ce diagnostique. « Bon ben ce soir, tu ne risques pas de mourir de tes blessures, je suis là. Et puis je préfère te savoir entier car là, on sait jamais ce qui pourrait t'arriver, une météorite qui pourrait percuter ce hangar, je m'en voudrais trop de t'avoir laissé là en réalité. » Je souriais en l’entendant me dire cela. « Aurais-je dorénavant un ange gardien près de moi ? Infirmière Lully ? Très sexy d’ailleurs. » Répondis-je en souriant et en lui faisant un petit clin d’œil. J’entrais quelque peu dans ce petit jeu de regard et de sourire, tout en me disant que c’était plaisant de savoir qu’une personne était là pour s’occuper de moi. Très plaisant même.

Par la suite, lors de son aveu, la surprise me gagne une nouvelle. Décidemment, cette jeune femme superbe apportait surprise sur surprise. Et cela me plaisait. Je restais quand même sur le cul qu’il pouvait exister une personne capable d’agir pour aider son prochain sans essayer d’y trouver le moindre profit. Et en plus de ça, cette personne était venue à moi d’elle-même. L’étonnement devait se lire sur mon visage puisque la belle répondit par un sourire magnifique. J’avais du mal à croire qu’on faisait ça pour moi, et je le lui fis savoir en lui annonçant que je ne valais certainement pas une telle attention. « Bon ça te fera cinquante dollars d'aide.. » Lança-t-elle alors d’un seul coup. Je relevais les yeux et la regardais sans rien comprendre avant de la voir rire rapidement en reprenant « Je rigole, j'ai pas besoin d'argent.. » Elle avait fait ça simplement pour détendre l’atmosphère et me faire sourire. Un sourire que je ne pu retenir. Un sourire que je n’avais d’ailleurs pas envie de retenir. « Et comment puis-je te remercier alors si tu ne veux pas d’argent ? » Lui demandais-je en continuant de lui sourire, attrapant la bouteille d’eau qu’elle me tendait et le comprimé que j’avalais rapidement. Je lui demandais par la suite ce qu’elle faisait ici, dans ce genre de coin et sa réponse ne se fit pas attendre. Petit sourire, elle me dit « J'ai une bombe au poivre dans mon sac puis j'ai fais du karaté pendant cinq ans… En fait je rigole pour le karaté, par contre pour le bombe au poivre, je sais aussi relativement courir vite avec des talons. Mon meilleur ami en a la preuve... » Je lui rendis son sourire alors qu’elle s’installait « Une bombe aux poivres n’est pas vraiment suffisant. Et puis… pour te dire, ça énerve encore plus ceux qui en prenne dans la gueule et même si je ne doute pas que tu coures vite, avec des talons tu restes quand même en désavantage. » Je ne voulais pas lui faire peur, loin de là, mais je voulais être sûr qu’elle comprenne réellement le genre de lieu dans lequel elle était. Vu qu’elle s’occupait de moi, je voulais aussi m’occuper d’elle et lui éviter le moindre problème.

Puis, alors que je la regardais dans les yeux, je me souvenais l’avoir vu dans la salle en sortant du ring, à coté d’un jeune homme du même style qu’elle. j’en avais alors conclus qu’il s’agissait de son petit copain et lui avais donc demandé si ce dernier ne l’attendait pas là en ce moment même. « J'ai pas de copain, c'est juste un pote à moi, mais bon il veut sortir avec moi et j'ai trouvé un bon moyen de lui faire comprendre que j'étais pas intéressée. Il voulait m'emmener ici, pour me montrer à quel point dépenser l'argent de son père c'était troooop cool… » Répondit-elle en souriant une nouvelle fois de son beau sourire. « Pas de copain ? Intéressant… » Fis-je avec un sourire en coin avant de rire tout doucement. « Dans ce cas, puis-je t’inviter à aller boire quelque chose ailleurs ? Il ne m’en voudra pas trop de te kidnapper quelques heures hein. » Lui proposais-je en souriant et en me relevant, lui faisant face en attendant sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

⊰ WILD CHILD, FULL OF GRACE

⊰ WILD CHILD, FULL OF GRACE

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 3219
▌HUMEUR (: : Wazaa :D
▌SAY CHEESE : Bouh :P
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 02/08/2009


YOU & ME:
MY RELATIONSHIPS::


● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: Fight for this life ▬ Lully & Leeroy   Lun 30 Juil - 16:39



❝ fight for this life ❞


Et comment puis-je te remercier alors si tu ne veux pas d’argent ? je lui fis un petit sourire, que pouvait il bien faire pour me remercier. Je ne savais pas vraiment. Je passai ma main dans mes cheveux, en lui adressant un sourire. J'haussai les épaules. Je sais pas qu'a tu as me proposer? Je finis par ranger le sac où il y avait le nécessaire de survie, sans bleus il pouvait être très mignon. Je secouai la tête, je devais être folle. Peut être que les vapeurs d'alcool que contenaient le désinfectant.
J'ai une bombe au poivre dans mon sac puis j'ai fais du karaté pendant cinq ans… En fait je rigole pour le karaté, par contre pour le bombe au poivre, je sais aussi relativement courir vite avec des talons. Mon meilleur ami en a la preuve... lui fis je en m'installant sur le vieux canapé. Une bombe aux poivres n’est pas vraiment suffisant. Et puis… pour te dire, ça énerve encore plus ceux qui en prenne dans la gueule et même si je ne doute pas que tu coures vite, avec des talons tu restes quand même en désavantage. Je lui souris c'était mignon la façon dont il s'inquiétait pour moi. Je n'avais pas rencontrée beaucoup d'homme qui s'inquiétaient comme ça, surtout dès la première rencontre. Maintenant je t'ai toi donc c'est bon ! ponctuant mes paroles d'un immense sourire.

Il me fixa pendant quelques secondes, gênée je détournai le regard. Je n'aimais pas qu'on me fixe comme ça pendant ne serait ce que quelques secondes, j'étais assez bizarre comme fille. J'ai pas de copain, c'est juste un pote à moi, mais bon il veut sortir avec moi et j'ai trouvé un bon moyen de lui faire comprendre que j'étais pas intéressée. Il voulait m'emmener ici, pour me montrer à quel point dépenser l'argent de son père c'était troooop cool…, lui fis je en levant les yeux au ciel, puis de lui sourire après Pas de copain ? Intéressant… me répondit il, avec un sourire en coin, je crois que j'étais entrain de craquer. Et sérieusement, au fond, ça ne me dérangeais pas plus de ça. Dans ce cas, puis-je t’inviter à aller boire quelque chose ailleurs ? Il ne m’en voudra pas trop de te kidnapper quelques heures hein. me demanda-t-il, en se relevant. Je lui adressai encore un sourire décidément je ne m'arrêtais plus de sourire. Je remis mon trench beige, et prenant mon sac dans les mains. Je te suis, ça ira pour marcher ou tu veux de l'aide ? Je m'inquiétais quand même un peu c'était plus fort que moi.

Je finis par le suivre, hors de la pièce un peu miteuse, un peu soulagée d'être enfin sortit de là. La pièce grouillait de monde. Des parieurs, j'aperçus qu'un nouveau combat avait lieu. Je pris la main de leeroy, en lui faisant un petit sourire. Même si je faisais celle qui n'avait peur de rien, cette endroit me faisait flipper. Il y avait beaucoup de monde, et ayant peur de le perdre et de me retrouvée entourer d'homme bizarres. Baissant la tête, je n'avais pas envie qu'Esteban me demande ce que je foutais avec celui qui lui avait fait gagner son pari. Quelqu'un finit par m'attraper par l'épaule, je faillis perdre l'équilibre. Mais ils sont fous ces gens! Je lâchai la main de leeroy, me retournant assez en colère. Je lançai un regard noir à la personne qui n'était personne d'autre qu'Esteban. En même pas une seconde, j'avais remarquer qu'il était saoul. Tu.. Tu vas où ? me bafouilla-t-il, perdrait il toute son assurance qui m'exaspérait quand il était saoul? Je levai les yeux au ciel. Alors Williams, je croyais que t'allais passer ta soirée avec moi.. Je crois que je te connais par coeur, t'est toujours du genre à te barrer au dernier moment avec un autre. Bon ok du coup je ne savais plus quoi répondre, il avait vraiment un soucis ce gars. Je le fusillai du regard. Lâche moi les baskets un peu, t'a pas besoin de moi pour vivre, a ce que je sache. Je finis par me lacher de son emprise. Leeroy m'attendait toujours. Je lui fis un petit sourire. Désolé pot de colle. J'avais cependant un mauvais pressentiment, il allait revenir d'une minute a l'autre. Soit en pleurnichant comme un bébé soit en voulant se battre avec leeroy, comme si ça allait changer quelques choses, plus lourd qu'Esteban ça n'existait pas. On peut sortir d'ici maintenant ? je lui avais dis ça avec un air d'enfant. Je voulais juste profiter de ma soirée avec leeroy, elle s’annonçait bien mieux que si j'avais passer la soirée avec Esteban..

_________________
    Lullaby Belle Wilhemina Williams Cepreani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome

Contenu sponsorisé




Who rocks ?




● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: Fight for this life ▬ Lully & Leeroy   

Revenir en haut Aller en bas
 

Fight for this life ▬ Lully & Leeroy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Ville :: ♔ Les Rues-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit