AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 After the Fight ▬ SUMMER&LEEROY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

♦ Bad Boy in a Soft Heart ♦
Bad Boy in a Soft Heart ♦

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 413
▌SAY CHEESE : .
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 09/06/2011



● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: After the Fight ▬ SUMMER&LEEROY   Dim 20 Mai - 3:25


After the Fight
SUMMER&LEEROY


Après plus d’une demi-heure passée à me soigner dans l’arrière salle crasseuse où se passaient les combats clandestins, je ressortais avec mes affaires en boitant légèrement, le visage marquait par le combat et les coups que j’avais pu recevoir durant la soirée, la démarche lente et pas vraiment assurée à cause de la fatigue que je ressentais en cette fin de soirée. J’avançais doucement vers l’organisateur, ce dernier payant les autres combattants vainqueurs, et prenais place dans la mini file d’attente en vu de recevoir l’argent que j’avais durement gagné en cette soirée. Mon regard dans le vide, j’avançais lentement, ne faisant pas attention aux personnes m’entourant, ne ressentant que l’envie de retrouver mon lit et ainsi pouvoir me reposer un petit peu. Arrivant enfin devant l’organisateur, je tendais ma main et eu la malheureuse surprise de voir simplement $1000. Tout en regardant les billets, recomptant pour être sûr de ne pas me tromper, je relevais mon visage encapuchonné vers l’homme et le regardais froidement, laissant quelques secondes d’attente pour que ce dernier comprenne que quelque chose n’allait pas avant de prendre enfin la parole. « Le prix était de $5000… » Lui annonçais-je simplement, sans partir trop loin. Mes yeux fixaient les siens, sans cligner, ne montrant aucune peur bien qu’il soit encerclés de gros bras qui n’hésiteraient pas, en cas de geste de sa part, à me finir et me jeter dans une ruelle de la ville. seulement, je ne voulais pas me laisser faire et me laisser avoir par ce gars qui se faisait des tas et des tas de frics sur nous, sur moi. J’attendais donc sa réaction, sa réponse, ne faisait aucun geste déplacé qui pouvait être caractérisé comme potentiellement dangereux et qui lui donnerait donc raison pour lancer ses gorilles, restant simplement sur place en le fusillant du regard. De toute manière, je n’avais plus assez de force pour me débattre face au quatre hommes qui l’entouraient et il le savait. Il pouvait donc utiliser cet ascendant sur moi.

« Tu as fait pas mal de dégât aussi ce soir. » Me répondit-il tout aussi simplement. Je souriais intérieurement, c’est vrai que j’avais fait pas mal de dégât lors de mon combat. Un combat qui ne s’était pas déroulé en cage cette fois ci. Mais bon, avec tout l’argent qu’il se faisait sur mon dos, il ne pouvait pas en plus retenir la casse prévisible sur ma « paye ». Cela faisait partie des risques, il le savait. Il me regardait en souriant en coin, attendant sûrement de voir ma réaction et ma réponse. L’impression qu’il était entrain de me tester pour voir s’il pouvait faire ce qu’il voulait de moi était entrain de germer dans ma tête. Je pouvais bien entendu jouer à ce petit jeu longtemps, lui faire croire certaines choses, comme le fait qu’il me tenait en joug, et ensuite le décevoir en reprenant du pouvoir, mais là, je n’en avais pas envie. Pas du tout même. La seule chose que j’avais envie était de retourner chez moi. il était tard, il faisait déjà nuit depuis pas mal de temps et en plus de ça, le froid avait dû s’installer avec force dans les rues de la ville. Un nouvel ennemi imbattable malgré les vêtements chaud que je possédais, et que j’allais encore devoir affronter avant de pouvoir avoir le bonheur de retrouver la chaleur de mon foyer. « Ce sont les risques et tu les connaissais en organisant cette soirée. L’argent dû au vainqueur ne peut être amputé d’une certaine somme pour réparer les casses. » répondis-je sur le même ton, gardant la main tendue pour recevoir mon du. Ce dernier me regardait, me jugeant pendant quelques secondes avant de sourire et de se mettre à rire, me donnant le reste de l’argent en balançant je ne sais quelle autre connerie que je n’écoutais pas. Je rangeais tout ceci dans une poche à l’intérieur de mon blouson que je refermais chaudement, ne voulant pas exposer ceci aux yeux de certaines personnes que je rencontrerais sur le chemin, et sortis du hangar, prenant rapidement la route vers mon chez moi.

Un léger vent soufflait dans les rues, suffisant pour avoir encore plus froid. Je n’étais pas une personne frileuse généralement. Seulement, avec autant de fatigue, mon corps se voulait assez faible pour ressentir la moindre gêne. Fatigué, j’avançais doucement dans les rues de la ville, qui étaient étrangement vide – enfin, surtout là où je passais – et espérais rentrer rapidement. Mais mes pas étaient lent, lourd, et j’avais l’impression de mettre des heures avant de passer d’une rue à l’autre. Je soufflais, fatigué, en ayant déjà marre de cette marche forcé. Mais c’était le prix à payer pour être tranquille lors de ce genre de soirée. Ne pas venir avec sa voiture ou autre moyen permettant aux autres d’en savoir plus sur vous, de savoir où vous habitez etc… C’était une des règles que je m’efforçais de suivre, étant bien trop méfiant dans ce monde tordu que je côtoyais. Je n’avais pas du tout envie de voir débarquer chez moi un groupe d’homme m’en voulant du fait de leur avoir fait perdre de l’argent sur de mauvais paris de leur part. Pas envie de mettre en danger ma sœur. Bref, je continuais donc d’avancer, faisant attention à ne pas être suivis et traversais les rues pour me rapprocher de mon domicile. Cependant, alors que je levais la tête, mes yeux rencontrèrent à seulement quelques petits mètres en face de moi, un visage et une silhouette qui ne m’étaient pas vraiment inconnue. Plissant les yeux très légèrement pour être sûr que je voyais clairement, je me demandais alors de qui il s’agissait entre les deux sœurs, n’ayant jamais vraiment eu l’occasion de pouvoir discerner une différence physique entre les deux me permettant de les reconnaître, et surtout, n’arrivant pas vraiment à savoir ce qu’elle pouvait faire là, en cette heure si tardive, dans un lieu complètement en dehors de son mode de vie. Mes pas me rapprochaient d’elle, je ne savais pas du tout si elle m’avait vu ou non et même si elle se souvenait de moi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

♠Good Girl gone Bad♠
Good Girl gone Bad

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 242
▌SAY CHEESE :
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 27/05/2011


YOU & ME:
MY RELATIONSHIPS::


● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: After the Fight ▬ SUMMER&LEEROY   Mer 23 Mai - 16:08


La musique rythmait mes pas, tandis que j'évoluais sur le parquet impeccablement ciré du studio de danse que je fréquentais depuis mon arrivée à New York. Je dansais depuis mon plus jeune âge, et même en grandissant j'avais gardé cette habitude. A cette heure ci de la nuit, j'étais la dernière danseuse encore présente, et ça faisait plus d'une heure et demie que je disais que je ne faisais plus qu'une danse, puis que j'y allais. Finalement, ce fut mon corps épuisé qui eut raison de moi, et je me trainais enfin sous la douche, brûlante, sous laquelle je restais un long moment, y détendant mon corps.

Il était tard lorsque je décidais finalement de quitter le salon de danse, où j'étais désormais toute seule. Ce n'était cependant pas la première fois que cela m'arrivait, et la gérante et moi en étions venues à l'accord qu'une fois terminé, je n'avais qu'à déposer les clés dans la boîte aux lettres, après avoir bien tout fermé derrière moi. Courbaturée, je descendis donc dans la rue, resserrant mon manteau autour de mon cou par cette nuit plus froide que ce que j'aurais pu pensé. Encore sur le pas de la porte, je regardais à droite, puis à gauche, avant de pousser un soupir, et envisager sérieusement de retourner dans la chaleur du studio et d'y passer la nuit. Mais finalement, la perspective de mon lit douillet m'attendant eu raison de mes réticences à vaincre ce froid mordant.

Je quittais donc le pas de la porte, et me dirigeais vers les rues de New York, quasi désertes à cette heure ci, pressant le pas et cherchant les chemins les plus cours. Ma respiration formait un petit nuage blanc à chaque expiration, et je commençais déjà à avoir le bout des doigts, et du nez, congelés. Légèrement imprudente sur les bords, mais vraiment trop pressée de rentrer, je passais par une petite ruelle pas trop fréquentée en temps normal, et qui vu la température et la nuit noire, devait l'être encore moins que d'habitude. Je m'engageais donc dans la ruelle, vérifiant que celle ci était bien déserte, marchant aussi vite que possible, des images de couette et d'oreiller moelleux en tête, le visage tourné vers le sol. Si bien que lorsque je redressais finalement la tête, me secouant un peu, j'eus la surprise de voir un homme, marchant vers moi, d'une démarche peu assurée. Pas vraiment rassurée à l'idée de croiser un inconnu dans une ruelle déserte, je passais en revue dans mon esprit les différentes possibilités qui s'offraient à moi: faire demi tour, mais ça voulait dire rallonger mon trajet, rentrer plus tard et marcher plus, et il fallait dire qu'à cette heure ci, ca ne me tentait pas trop. Possibilité numéro 2, continuer tout droit, marcher fixement sans le regarder, et vite si possible, et avec un peu de chance, il ne se passera rien. Et enfin, troisième et dernière possibilité, considérer qu'il était là par pur hasard, mais que la vue d'une jeune femme seule dans une rue déserte pouvait lui donner des idées, et qu'il risquait de se montrer curieux/agressif/violent. Un nouveau regard vers l'homme me fit me repasser ses trois possibilités en tête, et analysant sa démarche, j'en vins à me dire qu'il était surement bourré, et que s'il décidait de m'approcher un peu trop près, je saurais l’accueillir comme il le méritait.

Continuant donc de marcher, je me rapprochais peu à peu de l'étranger, ne le quittant pas des yeux, incapable de voir son visage encapuchonné à cette distance, sans cesser de me répéter cette phrase étrange, la phrase d'une trouillarde facilement impressionnable, ce que j'étais loin d'être: "si il approche, tu le tapes là où il faut, et tu cours! Tu cours vite en plus, alors ça ira! Si il approche, tu vises l'entrejambe!" Voila le genre de réflexion que pouvais avoir une jeune femme seule en pleine nuit, alors qu'elle avait pris de nombreux cours d'auto défense, et qui, de surcroît, courrait effectivement plutôt vite, longs entrainements obligent. "Allez Summer, tu fais ta poule mouillée là! C'est juste un type qui rentre chez lui! Un gars plutôt grand et baraqué, qui a pas l'air commode avec sa capuche sur la tête, mais un simple mec quand même...un mec plutôt mignon même, pour ce que je peux en dire d'ici...un mec qui..."

"-Leeroy?" dis je d'une voix étonnée, le prénom m'ayant échappé avant même que je m'en rende compte, surement parce qu'intérieurement j'étais contente de savoir qu'il n'était pas un inconnu qui risquait de m'agresser.

Je franchissais donc les derniers pas qui me séparaient de lui, sans plus aucune peur, mes sourcils se fronçant au fur et à mesure que je me rapprochais de lui. A voir sa tête et la façon dont il marchait, on aurait dit que c'était lui qui venait de se faire agresser. Une fois arrivée à sa hauteur, je posais un nouveau regard sur son visage, marqué par des traces de coups récents, et une nouvelle fois, cette spontanéité qui me caractérisait parla à ma place:

"-Tu t'es fais roulé dessus par un camion ou quoi?"

Je secouais la tête, gênée par ma propre bêtise, avant d'essayer de me rattraper tant bien que mal:

"-Comment tu t'es fais ça? Enfin non...oublie...t'as pas à répondre à ça! En tout cas, ça doit être douloureux...et c'est pas très beau à voir!"

Je secouais une nouvelle fois la tête, avant de regarder la ruelle droit devant moi, me demandant si je ne ferais pas mieux de reprendre la route, avant de dire une autre bêtise. Mais mon regard se posa encore sur Leeroy, et sur le tour de ses blessures. Même si nous ne nous connaissions pas encore très bien, je ne pouvais décemment pas le laisser rentrer seul comme ça au vu de son état.

"- Désolée je parle vraiment trop. Il faut vraiment que tu fasses soigner ça...ton arcade saigne encore...Tu habites loin? Je veux dire...faudrait pas qu'il t'arrive quelque chose d'autre en rentrant chez toi..."continuais je en grimaçant, je avant même de le laisser prononcer le moindre mot.

Une bourrasque de vent un peu plus forte que les autres me fit frissonner, et je resserrais compulsivement mon manteau autour de moi, ne quittant pas son visage des yeux. Plongeant la main dans mon sac de sport, j'en sortais un paquet de mouchoir, et en prenait un que je tendais au jeune homme d'un air entendu, afin qu'il l'applique sur son front.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

♦ Bad Boy in a Soft Heart ♦
Bad Boy in a Soft Heart ♦

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 413
▌SAY CHEESE : .
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 09/06/2011



● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: After the Fight ▬ SUMMER&LEEROY   Mer 23 Mai - 19:27


After the Fight
SUMMER&LEEROY


C’était avec une démarche lente, peu assuré, difficile, que je me mouvais en cette nuit froide dans les rues de New-York. L’envie de retrouver la chaleur de mon petit appartement se faisait grande, immense. Je me pressais comme je le pouvais pour retourner chez moi, pour retrouver mon lit et m’y plonger pour ne plus y ressortir avant longtemps. Le combat avait été dur ce soir encore et mon corps en ressentait pleinement les coups. La douleur pouvait être supportable mais la fatigue décuplait cette dernière ce qui me faisait grimacer à chacun de mes pas. En plus de cela, je ne m’étais pas complètement soigné. Je voulais faire vite et tout refaire chez moi, tranquillement. Mais je remarquais que j’aurais tout de même du passer un peu plus de temps sur mes soins avant de sortir affronter le vent froid de cette nuit New-Yorkaise. Je ne savais pas trop l’heure qu’il était et c’est au moment où je voulais vérifier sur ma montre que je vis, quelques mètres devant moi, au bout de la ruelle sombre et crasseuse que j’empruntais, une silhouette élancée s’avancer vers moi. Dans un premier temps, je n’arrivais pas trop à distinguer si je connaissais ou non cette personne. En même temps, avec plus de 8 millions d’habitants, il fallait être chanceux pour croiser quelqu’un qu’on connaissait dans ce genre de ruelle à une heure aussi tardive. Plus je m’approchais d’elle, plus sa silhouette devenait plus clair. Jusqu’au moment où je reconnue enfin le visage. Enfin… c’était grand dire. Ce visage appartenait à deux personnes, totalement différente l’une de l’autre. Et je ne pouvais dire, au jour d’aujourd’hui, s’il s’agissait de Summer ou de Phoenix. Cela m’était impossible, elles se ressemblaient de trop et je ne les connaissais pas suffisamment pour pouvoir les reconnaître.

Nos chemins étaient sur le point de se croiser lorsque j’entendis clairement sa voix résonner dans la ruelle, lançant mon prénom. Je relevais le visage, essayant de me tenir avec un peu plus de convenance devant elle. Ne disant rien. Je n’en avais pas le temps de toute manière. Elle parlait trop vite et ne me laissait pas le temps de répondre. "-Tu t'es fais roulé dessus par un camion ou quoi?" Je souriais en entendant ça, enfin, si seulement cela ressemblait à un sourire. Pas faux, cela pouvait être effectivement le cas. Quoi que j’aurais même pu mieux m’en sortir face à un camion. "-Comment tu t'es fais ça? Enfin non...oublie...t'as pas à répondre à ça! En tout cas, ça doit être douloureux...et c'est pas très beau à voir!" Continua-t-elle alors, ne me laissant pas le temps d’en placer une. Voulait-elle savoir ou non au final ? Cela n’était pas déplacé et ne me dérangeais pas de lui répondre. Quoi que… j’aurais bien eu besoin de couper cours à la discussion et rentrer chez moi au plus vite. Je n’étais pas vraiment en forme pour pouvoir tailler la bavette. "- Désolée je parle vraiment trop. Il faut vraiment que tu fasses soigner ça...ton arcade saigne encore...Tu habites loin? Je veux dire...faudrait pas qu'il t'arrive quelque chose d'autre en rentrant chez toi..." lança-t-elle, ses yeux se posant sur mon visage en regardant toutes les blessures que je pouvais avoir. J’en souriais légèrement, si elle voulait les compter elle en aurait pour le reste de la soirée et de la nuit même. Elle s’arrêta enfin de parler, me tendant un mouchoir qu’elle venait de sortir de son sac. Je la regardais, appuyant sur le bas de mon dos pour me redresser et lui faire face correctement.

« J’habite pas très loin non… Merci pour le mouchoir Summer… » Dis-je alors en l’appliquant sur mon front, essuyant le sang qui y coulait encore. Etait-ce vraiment elle ? Ou allais-je encore en prendre plein la gueule s’il s’agissait de Phoenix ? Je ne savais pas trop. Mais pour le peu que je les connaissais, je savais que Summer était plus « douce » que sa sœur. Moins garce, plus franche, plus gentille même. Et ce qu’elle avait pu me montrer ce soir en s’inquiétant presque de mon sort, était un comportement que je pouvais qualifier d’appartenant à Summer. Peut-être me trompais-je, ce n’était après tout pas la première fois. Je la regardais alors avant de me remettre à marcher pour arriver près d’elle. « Je ne suis pas présentable, pas comme la dernière fois. Désolé. » Dis-je, souriant légèrement comme si je voulais détendre la situation. Ne voulant pas qu’elle s’inquiète inutilement pour un simple gars du west-side qui gagnait sa vie dans une cage. « Et toi ? Que fais-tu dehors si tardivement et dans une ruelle pareille ? » Lui demandais-je alors, encore quelque peu surpris de voir une fille de sa classe se retrouver dans les bas fond de la ville. Soudainement, une douleur plus grande s’empara de mon ventre et mon corps se plia de lui-même. Gémissant de douleur, j’en venais à cracher du sang en me tournant pour lui éviter de voir ça, tombant alors à moitié contre le mur. Qu’est-ce que c’était ? Il fallait que je m’allonge, que je me repose. Mais je ne pouvais décemment pas le faire ici. C’était bien trop crade pour cela, même pour moi. J’avais tout de même un minimum. « Désolé… je… il faut que je rentre chez moi… » Lui dis-je alors en essayant de reprendre la route, difficilement, bien trop difficilement…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

♠Good Girl gone Bad♠
Good Girl gone Bad

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 242
▌SAY CHEESE :
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 27/05/2011


YOU & ME:
MY RELATIONSHIPS::


● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: After the Fight ▬ SUMMER&LEEROY   Dim 27 Mai - 2:12


Un sourire sur le visage, je regardais Leeroy prendre le mouchoir que je lui tendais, et mon sourire s'agrandit encore lorsqu'il m'appela par mon prénom. J'ignorais si c'était un coup de chance, ou si il parvenait réellement à faire la différence entre Phoenix et moi, mais le fait de ne pas être prise pour ma jumelle, comme cela arrivait souvent, n'était pas désagréable. Pas désagréable du tout même. D'autant plus que la première fois que Leeroy et moi nous étions vus, une dispute s'en était ensuivi, car il m'avait confondue avec ma sœur. Avec le recul, c'était assez puéril comme raison de dispute, surtout que nous ne nous connaissions pas encore, mais bon, il était trop tard à présent.

Une bourrasque un peu plus forte que les autres fit voleter mes cheveux autour de mon visage, et remettant un peu d'ordre dans ma chevelure, souriant une nouvelle fois quand il dit qu'il n'était pas présentable. Il fallait dire que je ne l'étais pas plus. Je n'étais pas maquillée, mes cheveux étaient détachés mais pas spécialement coiffés, et j'étais habillée sans aucune fioriture.

"-Il est tard et on rentre tous les deux chez nous, on s'en fout un peu d'être présentables ou pas, je vais pas en faire une scène!" dis je avec un sourire.

Une nouvelle fois, je ne pus m'empêcher de passer un regard sur ses blessures. Quoiqu'il se soit passé ce soir, il avait du passer un sale quart d'heure. Et je n'imaginais même pas l'état dans lequel serait son corps dans les jours qui allaient venir. Lorsqu'il demanda ce que je faisais dehors à cette heure ci, je haussais les épaules, prête à répondre, lorsque soudain, Lee se plia en deux, en proie à une douleur plus forte que les autres. Je restais interdite quelques secondes à la vue de ce qui lui arrivait, et fronçais les sourcils en le voyant cracher du sang. Je n'avais pas fait médecine certes, mais il ne fallait pas être médecin pour savoir que le fait qu'il crachait du sang était plutôt mauvais signe.

"-Désolé… je… il faut que je rentre chez moi…"

Les sourcils toujours froncés, je me rapprochais finalement de lui, ne sachant pas comment réagir, ni quoi faire pour l'aider. Effectivement, il valait mieux qu'il se repose et s'allonge au plus vite. Le côté alarmiste pensant tout de suite au pire qui sommeillait en moi tentait de chercher ce qui pouvait provoquer ce genre de réaction du corps humain, et je me fis la remarque que si Leeroy s'était battu, il avait pu recevoir un coup violent dans l'abdomen, et l'un de ses organes pouvait être en touché. Et si vous voulez mon avis, le pronostic n'était pas très engageant. Il ne valait mieux pas qu'il rentre dans cet état, au cas où son état de santé soit plus grave que ce qu'il n'y paraissait. Il valait même peut être mieux qu'il ne rentre pas chez lui dans cet état.

"-Oui que tu rentres...ou que tu vois un médecin!" dis je d'une voix douce, avant de m'approcher de lui.

Où qu'il veuille aller, il ne parviendrait pas à y aller seul dans cet état. Une fois proche de lui, je levais légèrement son bras, et me glissais dessous, sans geste brusque, me doutant bien que lui déboiter l'épaule ne lui serait d'aucune aide. Une fois contre lui, je posais ma main sur son torse pour me rattraper, incapable de garder l'équilibre quelques secondes, sous le poids du jeune homme, plus lourd que moi. Finalement, je me campais solidement sur mes deux jambes, et lui lançais:

"-Bon, indique moi le chemin..." dis je en faisant un premier pas peu assuré, suivi d'un second pas plus sûr.

L'état de Leeroy m'inquiétait vraiment, même si nous ne nous connaissions pas encore très bien, mais je n'allais pas le laisser croupir dans la ruelle seul, alors que Dieu seul savait ce qui pouvait lui arriver si jamais des gens mal avisés lui tombaient dessus. J'avais quand même compris sans qu'il ai eu besoin de me le dire que l'emmener à l'hôpital ne serait pas une idée brillante, puisqu'il aurait à répondre à toutes sortes de questions...ce qui pourrait peut être lui apporter des soucis.

Finalement, nous avions rejoint son appartement cahincaha, lentement, en nous trainant, alors que les quelques personnes qui nous croisaient posaient des regards interrogateurs sur nous. Nous venions désormais d'arriver devant sa porte, et ne le lâchant toujours pas, j'attendais qu'il sorte ses clés, posant un regard autour de nous.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

♦ Bad Boy in a Soft Heart ♦
Bad Boy in a Soft Heart ♦

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 413
▌SAY CHEESE : .
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 09/06/2011



● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: After the Fight ▬ SUMMER&LEEROY   Dim 27 Mai - 21:36


After the Fight
SUMMER&LEEROY


Si je m’étais attendu à croiser Summer dans une ruelle aussi crade, aussi déserte et surtout à une heure si tardive, je ne l’aurais jamais cru. D’une part parce que nous étions dans un coin de la ville que je ne pensais pas qu’elle pouvait fréquenter et d’autre part parce que je ne pensais pas pouvoir la croiser ici à cette heure là alors qu’elle pouvait être à une soirée uppé de son milieu. D’autre part, je fus aussi assez surpris de la voir sourire à l’entente de son prénom, ce qui signifiait que je ne m’étais pas trompé et que mon petit jugement, ma petite vision des choses, n’était donc pas totalement erroné et que je pouvais presque la différencier de sa sœur. Je dis bien presque car cela était encore assez flou et que je ne la connaissais pas suffisamment pour savoir la reconnaître d’un claquement de doigt. Au moins, cela m’évitais sans aucun doute une brouille inutile dans un moment pareil. Je me sentais faible, terriblement, et avais vraiment besoin de repos. J’essayais de bien paraître face à la miss, qui devait sans nul doute côtoyer des gens mieux que moi, plus présentable et mieux tout cours. Je soignais vite fait bien fait mon visage, essuyant le sang qui y coulait avec le mouchoir qu’elle m’avait gentiment passée et me mis à sourire lorsque je l’entendis me dire "-Il est tard et on rentre tous les deux chez nous, on s'en fout un peu d'être présentables ou pas, je vais pas en faire une scène!" Tout en souriant. Ce n’était pas faux, loin de là même. En tout cas me concernant, je m’en fichais totalement. Mais ne la connaissant pas vraiment, ne sachant pas ses habitudes et si elle donnait une grande importance à la présentation ou non, j’avais préférais m’excuser sur ma tenue et surtout sur mon visage marqués par les coups. Je ne savais pas vraiment pourquoi je faisais ça, ce n’était pas dans mes habitudes. M’enfin bon, je n’allais pas me demander le pourquoi du comment maintenant. Surtout maintenant. « Oui c’est pas faux. » Lui répondis-je simplement, souriant doucement à mon tour. Je devais avoir l’air d’un débile avec ce visage marqué à essayer de sourire.

Soudainement, alors que je pensais pouvoir me tenir debout tranquillement, je sentis une immense douleur m’envahir, me détruire le ventre, les intestins. Je ne savais pas trop ce qui se passait mais la douleur était telle que je sentais mon corps se plier sur lui-même et m’empêcher de me tenir comme je le voulais. Je grimaçais sous la douleur, m’empêchant de crier cependant, j’avais tellement mal que quelques petits bruits sortirent de ma gorge. Je m’excusais rapidement auprès d’elle, du mieux que je le pouvais, lui annonçant qu’il me fallait rentrer au plus vite. "-Oui que tu rentres...ou que tu vois un médecin!" J’acquiesçais d’un léger signe de tête sans avoir vraiment compris ce qu’elle venait de me dire. Un médecin ? Non… cela n’était pas possible. Absolument pas d’ailleurs. Je me voyais mal expliquer ce qui s’était passé à l’hôpital et surtout aux flics qui y seraient appelés. Ce que je faisais était illégal et je ne pouvais prendre le risque de me faire interroger ou non. Si cela se savait, je pouvais être radié des combats illégaux et ne plus gagner autant d’argent que je le faisais. La belle se rapprocha de moi assez rapidement et, tout en attrapant un de mes bras, se glissa dessous et me releva du mieux qu’elle le pouvait, tanguant légèrement sous mon poids. Je faisais de mon mieux pour essayer de la soulager de cette épreuve et lui lançais un regard reconnaissant. Elle aurait très bien pu me laisser là, sur place, et rentrer chez elle. Après tout, elle ne me devait rien. "-Bon, indique moi le chemin..." Je la regardais du coin de l’œil et indiquais du bout du doigt, la sortie de la ruelle et le lieu qu’il fallait trouver. Le nom de ma rue dicté, je marchais avec elle doucement, subissant les douleurs et la remercia « Merci Summer… pour ce que tu fais. Tu n’en étais pas obligé… »

Nos pas étaient lourds et lent, mais après quelques longues minutes dans cette nuit froide et noir qui parurent des heures, nous arrivions vers mon immeuble dans lequel nous pénétrâmes. Les escaliers furent les dernières épreuves à surmonter et une fois devant la porte, me cramponnant toujours complètement à la belle brune, je sortais mes clés de mon sac et ouvris la porte, nous faisant entrer à l’intérieur. En avançant, je balançais rapidement une de mes jambes vers la porte qui se referma en claquant et libéra Summer du poids que j’étais, tombant rapidement sur le canapé du salon. « Merci… désolé pour l’état de l’appartement… ce n’est pas le grand luxe. » Lui dis-je alors qu’elle se tenait debout en regardant autour d’elle. C’est sûr qu’elle n’avait jamais du connaître ce genre de logement et que cela devait lui changer complètement du lieu où elle habitait. Mais c’était mon chez moi, mon petit chez moi. Me redressant, en sentant les douleurs disparaître doucement, je posais mon regard sur son visage et lui proposa « Tu peux t’assoir si tu veux. Si tu veux reprendre ton souffle ou autre avant de partir. » Lui proposais-je alors. Je ne savais pas si elle voulait rester ou non et je ne savais pas trop quoi faire. Après tout, cela était une première fois qu’une presque inconnue pénétrait mon domicile depuis mon retour en ville.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

♠Good Girl gone Bad♠
Good Girl gone Bad

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 242
▌SAY CHEESE :
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 27/05/2011


YOU & ME:
MY RELATIONSHIPS::


● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: After the Fight ▬ SUMMER&LEEROY   Lun 28 Mai - 17:29


Cette marche nocturne dans New York c'était révélée plus longue et pénible que prévue, mais nous étions finalement arrivés à destination, tant bien que mal. Leeroy toujours contre moi, nous étions désormais devant son appartement, alors que celui ci cherchait ses clés, puis ouvrait finalement la porte. Il entra dans l'appartement alors que je l'aidais toujours, puis se laissa littéralement tomber sur le canapé, me libérant ainsi de son poids. Je laissais échapper un soupir de soulagement, puis me redressais, retirais mon manteau, l'effort fourni pour soutenir le jeune homme et pour marcher jusqu'ici m'ayant donné chaud, puis m'étirais longuement en souriant face aux paroles du jeune homme, haussant les épaules, comme pour signifier que c'était le cadet de mes soucis:

"-Ce n'est pas le luxe qui fait le foyer!" dis je dans un souffle, avant de détourner le regard, un peu mal à l'aise.

J'avais beau habiter dans un manoir on ne peut plus luxueux, rempli de statues, peintures et autres objets de luxe en tout genre, je ne m'y sentais pas à ma place dans cet environnement que je jugeais sur-fait. Il suffisait de voir la sobriété de ma chambre, toute en noir et blanc, et dont la décoration se composait quasi uniquement de souvenirs et de photos en tout genre, pour comprendre à quel point l'atmosphère opulent du manoir où je vivais pouvait m'étouffer. Contrairement à la grande majorité des McQueen, je ne jurais pas uniquement par le luxe que je pouvais étaler devant d'autres, ce que ceux ci me reprochaient parfois.

« Tu peux t’assoir si tu veux. Si tu veux reprendre ton souffle ou autre avant de partir. »

Je rivais mon regard sur le jeune homme qui s'était redressé, comme si ses blessures étaient moins douloureuses. Et les yeux plissés, je repris la parole:

"-Je vais partir, tu as vraiment besoin de te reposer. Mais avant, dis je après m'être tue quelques secondes, je vais m'assurer que tu te vides pas de ton sang tout seul dans ton appartement. La cuisine, par là?" dis je en montrant de l'index une pièce attenante.

Je m'y dirigeais, et allais directement vers le réfrigérateur, puis en ouvrais le congélateur. Je ne mis qu'une seconde à trouver les glaçons, que je retirais du congélateur, puis cherchant du regard un torchon, j'y mis les glaçons à l'intérieur, avant de remplir un verre d'eau, et de retourner dans le salon, jetant un coup d’œil au jeune homme avant de poser devant lui le verre d'eau:

"-Tu devrais enlever ton tee-shirt, et poser ça, dis je en lui tendant le torchon rempli de glaçons, là où t'as mal. Et j'ai ça aussi, si tu en veux, repris je en fouillant dans mon sac, en sortant une boîte de médicaments, j'en prend à la danse, quand je me blesse...c'est un bon décontractant!" achevais je en posant la boîte à côté du verre d'eau sur la table basse.

Finalement, je restais debout devant la table basse, les yeux fiés sur Leeroy, me sentant soudainement légèrement mal à l'aise face à la manière dont je m'imposais dans l'appartement du jeune homme, si bien que je me retournais vers la porte, avant de me retourner vers lui une nouvelle fois, passant la main dans mes cheveux:

"-Bon...hum...puisque apparemment tu n'es pas en train de te vider de ton sang, je...je ferais mieux de partir!" dis je dans un sourire à voix basse, esquissant un pas vers mes affaires que j'avais laissé au pas de la porte.

Il était clair que n'étant ni médecin, ni infirmière, je ne lui étais plus d'aucun secours, et le mieux que j'avais à faire, à présent, était de reprendre mes affaires, et de le laisser tranquille pour qu'il puisse se soigner et se remettre de ses émotions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

♦ Bad Boy in a Soft Heart ♦
Bad Boy in a Soft Heart ♦

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 413
▌SAY CHEESE : .
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 09/06/2011



● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: After the Fight ▬ SUMMER&LEEROY   Lun 28 Mai - 23:09


After the Fight
SUMMER&LEEROY


"-Ce n'est pas le luxe qui fait le foyer!" Répondit-elle rapidement avant de détourner le regard, visiblement pas très à l’aise d’être ici. Elle n’avait pas tord. Mais cela me surpris. L’entendre elle me dire ce genre de mot alors que je la pensais à cheval sur tout ce qui était luxe etc… Enfin… je pensais que tous ceux qui était fils ou filles de, étaient des gens grossiers qui pétaient plus haut que leur cul et qui attachaient beaucoup d’importance au matériel. Au luxe et autre. C’est pourquoi en l’entendant me dire ça et en voyant dans son regard qu’elle était sincère. Qu’elle ne disait pas ça en l’air. Était-elle différente des autres ? Je ne pouvais le dire, en tout cas elle en avait l’air. Je n’étais cependant pas dans mon état « normal » pour réfléchir clairement à ce genre de chose. « Je partage tes mots. Mais certains pensent le contraire dans cette ville malheureusement… » Lui répondis-je alors clairement. Je n’y allais pas de main morte. De toute manière, même si cela ne lui plaisait pas, je ne disais rien d’autre que la vérité.
Alors que je venais de me poser sur le canapé, je lui proposer donc de s’installer à son tour. La marche que nous venions d’avoir dans le centre ville avait été longue et fatigante. Elle devait sans nul doute être fatiguée après tout ça, ce qui était normal et je me devais bien, en guise de remerciement, l’invité à se reposer quelques temps pour récupérer de l’effort qu’elle avait pu donner. Après tout, comme je le pensais depuis notre rencontre, elle aurait très bien pu me laisser dans cette ruelle à me démerder tout seul. Chose qu’elle n’avait pas fait et donc je lui en étais reconnaissant.

"-Je vais partir, tu as vraiment besoin de te reposer. Mais avant, je vais m'assurer que tu te vides pas de ton sang tout seul dans ton appartement. La cuisine, par là?" Me dit-elle en me montrant la cuisine du bout du doigt. Je la regardais et répondais en hochant la tête et je la vis donc partir dans la cuisine assez rapidement. Qu’avait-elle l’intention de faire ? Comment allait-elle s’assurer que je ne me vide pas de mon sang en allant dans la cuisine ? J’entendais ses pas dans la cuisine, le frigo s’ouvrir et se refermer. Je me demandais donc ce qu’elle pouvait bien mijoter. Avait-elle une recette de grand-mère pour soigner tout ça en un claquement de doigt ? Cela aurait été tellement bien. Une fois revenu, elle déposa un verre d’eau sur la table basse face à moi et me tendis un torchon rempli de glaçon "-Tu devrais enlever ton tee-shirt, et poser ça là où t'as mal." Je posais mes mains de part et d’autre de mon t-shirt et le retirais alors en grimaçant doucement, mes muscles me faisant mal, les sentant encore bien contracté. "Et j'ai ça aussi, si tu en veux, j'en prend à la danse, quand je me blesse...c'est un bon décontractant!" Déposant face à moi un médicament. Un décontractant d’après ce qu’elle disait. « Merci… » Lui dis-je alors en prenant le médicament que j’avalais à l’aide du grand verre d’eau, venant déposer sur mes muscles et mes cotes le torchon rempli de glaçon. J’en frissonnais tellement c’était froid. Mais dans un sens, cela me faisait du bien. Cela apaiser les douleurs, les faisant même presque disparaître. « Tu es sûr que tout va bien ? Tu as l’air … mal à l’aise. Ou je ne sais quoi. » Lui demandais-je tout de même alors que je la voyais reculer un peu et tourner sur elle-même.

"-Bon...hum...puisque apparemment tu n'es pas en train de te vider de ton sang, je...je ferais mieux de partir!" Dit-elle en souriant, la voix tellement basse que j’ai du déchiffrer une partie de sa phrase. Elle se reculait vers ses affaires, visiblement pas très à l’aise d’être ici. Je la regardais puis regardais l’heure affichée sur la petite horloge du salon. Il était tout de même très tard. Si elle partait maintenant, je ne savais pas ce qui risquait de se passer sur la route du retour. A une heure si tardive, il est clair que des gens peu commode pouvait être de sortis. Et je ne serais cette fois pas présent pour l’aider à s’en réchapper comme la fois dans Central Park. « Tu sais… il est tard et je ne me sentirais pas à l’aise du tout de te voir repartir maintenant, seule dans les rues. Alors… fin, je me disais que tu pouvais peut-être rester. C’est la moindre des choses pour t’avoir fait perdre ton temps. Tu peux prendre mon lit, moi je resterais sur le canapé ne t’en fais pas. » Lui proposais-je alors en souriant doucement, montant le torchon du torse vers la mâchoire. Je ne savais pas si elle allait accepter, après tout, elle pouvait clairement refuser. Voir en cet acte quelque chose de je ne sais quoi. Puis bon il était aussi clair que mon lit ne serait certainement pas aussi confortable ou autre que le sien. Et même, je n’étais rien pour elle. Elle ne me connaissait pas, elle ne savait pas si elle pouvait donc me faire confiance. Ce que je comprenais. Mais au vu de la nuit froide qui s’était abattue sur la ville, de l’heure qu’il était et de la fréquentation qui devait y avoir à cette heure là… le mieux était qu’elle reste ici, se repose, et soit en sécurité et au chaud. Mais après, elle faisait ce qu’elle voulait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

♠Good Girl gone Bad♠
Good Girl gone Bad

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 242
▌SAY CHEESE :
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 27/05/2011


YOU & ME:
MY RELATIONSHIPS::


● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: After the Fight ▬ SUMMER&LEEROY   Mer 20 Juin - 1:45


Penchée sur mes affaires, je venais de récupérer ma veste, me redressant tout en me tournant vers le jeune homme qui me proposait de rester passer la nuit dans son appartement, en tout bien tout honneur, bien sûr. Il fallait dire que ses arguments étaient en plus tout ce qu’il y avait de plus cohérents, puisqu’il était désormais très tard, qu’il faisait nuit noire et qu’il n’était surement pas très prudent pour une jeune femme de rentrer chez elle seule. Pourtant, je n’avais pas envie de rester dans l’appartement de Leeroy plus que nécessaire, sachant surtout qu’il avait besoin de repos, et d’un bon lit, et non pas de finir la nuit sur le canapé de son appartement où il ne serait sans doute pas aussi à l’aise.
Si bien que je finis par répondre après quelques instants de silence, ma veste toujours dans les mains :

« -Tu as besoin de repos…et dormir sur le canapé pendant que quelqu’un d’autre dormira tranquillement et confortablement dans ton lit n’est pas nécessairement une très bonne idée. Et puis… »

Je n’eus cependant pas l’occasion de poursuivre ma phrase, mon attention s’étant soudainement portée vers l’extérieur. Je me rapprochais de la fenêtre, et grimaçais sans me cacher lorsque je vis qu’une pluie battante s’abattait désormais sur la ville de New York, frappant avec force sur les carreaux de la fenêtre. Décidément, le sort s’acharnait, et l’univers entier semblait vouloir que je passe la nuit dans cet appartement. Je laissais donc tomber mon manteau sur mon sac de sport, et me tournant vers le jeune homme toujours installé dans son canapé, je reprenais comme si je n’avais jamais été coupée :

« -Et puis…je ne prends pas beaucoup de place, alors il vaudrait mieux que ce soit moi qui utilise le canapé ! Et merci de me proposer de rester! » repris je donc, en montrant de l’index le meuble, un sourire sur le visage.

La situation avait quand même un petit quelques chose de bizarre, de totalement improbable. Rien n'aurait pu prédire quand je m'étais levée ce matin que je finirais la nuit sur le canapé de Leeroy Jenkins. Comme moi, il faut s'attendre à tout dans la vie. Je contournais donc la table basse, puis m’asseyais à mon tour sur le canapé, ôtant mes chaussures comme je l’aurais fait dans ma propre maison, puis je me mis en tailleur à côté du jeune homme, non sans laisser glisser un coup d’œil sur le torse nu du jeune homme, où des bleus commençaient déjà à apparaître. Rien à redire sur ce point, Leeroy avait des arguments plus que convaincants qui ne devaient pas manquer de plaire à certaines demoiselles, même aux plus difficiles si vous voulez mon avis. Mon regard remonta ensuite jusqu’à son menton, où il venait de poser le torchon remplit de glaçons, puis finalement jusqu'à son regard, avant de détailler les blessures encore bien visibles sur sa figure. J’esquissais un petit sourire, puis reprenais finalement la parole :

« -Tant qu’on y est, je pourrais peut être finir de nettoyer ça ! Et ensuite, tu seras fin prêt pour aller dormir et reprendre des forces ! » dis je, en montrant du bout du doigt son visage tuméfié, tout en faisant une petite moue.

Je me relevais donc, sans même attendre la réponse du jeune homme, puis avançais dans l’appartement comme si j’avais été chez moi, ouvrant une porte, puis faisant demi tour en me rendant compte que c’était la chambre du jeune homme. Je rejoignais le fond du couloir, ouvrais une nouvelle porte, souriant lorsque je vis que cette fois j’étais dans la bonne pièce. J’inspectais rapidement les quelques affaires se trouvant dans la petite pièce, fronçant les sourcils en y voyant du maquillage et quelques autres affaires de fille. Je ne m’y attardais pas outre mesure, puis ouvrais la petite armoire à pharmacie, cherchant ce qui pourrait m’être utile pour soigner les blessures du jeune homme. J’embarquais donc quelques compresses, du produit désinfectant, ainsi que de fines bandes adhésives qui ressemblait à des petits straps et qui permettait de maintenir serrés l’un contre l’autre les deux parties d’une plaie.

Mon petit butin en main, je retournais dans le salon, où je retrouvais Leeroy. Toujours debout, j’ôtais le pull gris que je portais, me retrouvant en débardeur sans manche, réchauffée par la chaleur de l’appartement, puis m’asseyais à nouveau sur le canapé, imbibant une compresse de produit désinfectant sans parler, comme si j’avais été seule dans l’appartement, puis une fois cela fait, je gardais à disposition tout le matériel, et reprenais ma position en tailleur, tout en étant tournée vers le jeune homme.

« -Hm…faudrait que tu te rapproches un peu s’il te plait…et désolée d’avance si je te fais mal, je vais faire attention ! Et tu m'as pas fait perdre mon temps...après la dernière fois, dans Central Park, c'était quand même la moindre des choses... » dis je d’une voix douce, tentant un sourire rassurant tout en attendant qu’il se rapproche.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

♦ Bad Boy in a Soft Heart ♦
Bad Boy in a Soft Heart ♦

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 413
▌SAY CHEESE : .
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 09/06/2011



● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: After the Fight ▬ SUMMER&LEEROY   Mer 20 Juin - 22:29


After the Fight
SUMMER&LEEROY


La jeune femme qui venait tout juste de m’aider à rentrer chez moi était penchée sur ses affaires et se préparait à sortir pour rentrer chez elle à son tour. Cependant, pour la remercier d’une part, je lui proposais le contraire, rester ici et passer la nuit chez moi pour lui éviter le trajet dans une ville froide et noir et surtout aussi pour éviter qu’il ne lui arrive quelque chose vu l’heure avancée de la nuit. Mes arguments étaient tout à fait recevables et je me demandais si elle allait penser la même chose. Je n’avais pas envie de m’inquiéter à la savoir seule dans les rues de New York si tard et surtout, je m’en voudrais terriblement si jamais il lui arrivait quelque chose. je connaissais que trop bien cette ville et ses petits recoins pour savoir que cette dernière n’était pas sûre et que Summer risquait quand même gros en partant maintenant. Après tout, elle était une très belle fille, avec du charme et qui attirait toute la gente masculine. Elle allait sans nul doute attirer les regards de personnes peut recommandable et je ne pouvais être présent pour l’aider cette fois ci. D’où ma proposition de rester passer la nuit ici. Certes je ne vivais pas dans un palace où le luxe était présent mais c’était un toit, quatre murs, avec de la chaleur et du confort. Et pour une nuit, cela lui serait suffisant. Les yeux posés sur mon visage, la belle se mit à réfléchir quelques instants avant d’entamer sa réponse. « -Tu as besoin de repos…et dormir sur le canapé pendant que quelqu’un d’autre dormira tranquillement et confortablement dans ton lit n’est pas nécessairement une très bonne idée. Et puis… » Puis elle s’arrêta d’un seul coup, ses yeux s’était posés sur la fenêtre qu’il y avait dans mon dos. Ne comprenant pas réellement cet arrêt brutal je me tournais vers la fenêtre et vis en même temps Summer traverser le salon et se poster devant la fenêtre. J’entendais la pluie battre fortement et inonder les rues de la ville. Se tournant de nouveau vers moi, la jeune femme continua donc ce qu’elle disait « -Et puis…je ne prends pas beaucoup de place, alors il vaudrait mieux que ce soit moi qui utilise le canapé ! Et merci de me proposer de rester! » Tout en souriant et j’en fis de même.

« Non non j’insiste, je ne vais pas te donner le canapé pour dormir, tu n’y seras pas bien et j’ai pas envie que tu passes une mauvaise nuit. Donc tu prendras le lit c’est tout. » Lui répondis-je en souriant doucement et en la regardant. La belle s’avança, retira ses chaussures en se mettant à l’aise, puis s’installa à mes cotés, ses yeux se baladant sur mon corps à demi nu tout en remontant lentement vers mon visage. Pour tout dire, j’en avais fait de même, reluquant son corps légèrement en appréciant ce que je pouvais voir. Summer avait de quoi faire tourner les têtes, je ne pouvais le nier. Elle était vraiment séduisante. S’arrêtant longuement sur mon visage, le détaillant et scrutant sûrement les marques que je pouvais avoir suite au combat titanesque de la soirée. « -Tant qu’on y est, je pourrais peut être finir de nettoyer ça ! Et ensuite, tu seras fin prêt pour aller dormir et reprendre des forces ! » Dit-elle en pointant mon visage du doigt et les nombreuses blessures que j’avais, faisant par la même une petite moue des plus adorable. « Je t’en serais très reconnaissant. Merci. » lui répondis-je alors en me redressant doucement pour me mettre dans une position adéquate et lui facilité les soins. Elle se leva a son tour et partit dans l’appartement, à la découverte des pièces et sûrement à la recherche de produits susceptible de me soigner. Je la laissais faire sans rien dire, appréciant le fait qu’elle fasse d’elle-même ce qu’elle voulait et qu’elle n’ait pas trop de gêne à se déplacer.

Une fois trouvé ce qu’elle cherchait, Summer revint vers moi en se réinstallant à mes cotés « -Hm…faudrait que tu te rapproches un peu s’il te plait…et désolée d’avance si je te fais mal, je vais faire attention ! Et tu m'as pas fait perdre mon temps...après la dernière fois, dans Central Park, c'était quand même la moindre des choses... » Je la regardais et me rapprochais alors d’elle, nos corps se trouvant à quelques petits centimètres et mon visage étant tout près du sien. Je me trouvais presque noyé par ses yeux tant ils pouvaient être profond, perçant. « Après tous ce que j’ai pu prendre en pleine figure, je pense que je pourrais tenir pour la douleur. » Lui dis-je en riant doucement. « Concernant Central Park, je ne pouvais pas te laisser en plein milieu de tous ces mafieux tout de même. N’importe qui aurait fait la même chose. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome

Contenu sponsorisé




Who rocks ?




● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: After the Fight ▬ SUMMER&LEEROY   

Revenir en haut Aller en bas
 

After the Fight ▬ SUMMER&LEEROY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: New York House :: ♔ The Upper West Siders :: Appartement de Leeroy C. Jenkins & Emma H. Jenkins-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit