AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 lullyetaleksandre † Sanka t'est mort ? Yes maan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

⊰ WILD CHILD, FULL OF GRACE

⊰ WILD CHILD, FULL OF GRACE

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 3219
▌HUMEUR (: : Wazaa :D
▌SAY CHEESE : Bouh :P
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 02/08/2009


YOU & ME:
MY RELATIONSHIPS::


● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: lullyetaleksandre † Sanka t'est mort ? Yes maan.    Sam 21 Juil - 2:29



❝ C'est Maurice il a mangé tous les Choco-Suisse ! ❞


Ca fait huit fois que je lui téléphone, huit fois et il décroche pas. Si j'arrive a me lever de mon lit, j'y vais et là je le tue. Enfin je le pend par les pieds je le fais souffrir. Je lui parle sans m'arrêter pendant deux heures. enfin là j'ai pas la motivation. Absolument pas. En plus le chiot a ma soeur cette bestiole, j'allais l'étriper, il était entrain de me mordiller les pieds. HECTTTTOOOR BOUGE !, lui criai je dessus, je finis par me lever, les cheveux en pétard, le chiot descendit à toute vitesse. Il grattait déjà à la porte fenêtre de la véranda. Il manquait plus que ça on avait un chien intelligent. Je lui ouvris la porte, le chien courait paaartout dans le jardin après les oiseaux. En fait non, il était pas fini ce chien. en même temps en voyant la maîtresse. J'suis vraiment une connasse en fait. J'aimais beaucoup ma soeur, mais elle devait surement l'avoir dresser contre moi. C'était vraiment une sale bête ce chien je ne mens pas. Je ne mens jamais. Enfin bon je le laissais dans le jardin à déterrer des racines, au moins ça l'occupait et ça réduisait considérablement le temps de travail du jardinier.

Je pris tranquillement ma douche, sans avoir de chien qui vient me pourrir l'existence, aujourd'hui mon objectif principale, aller prendre des nouvelles d'un ami à moi, le genre d'ami quand y donne pas de nouvelles c'est genre la fin du monde. Un ami qui s'est marié il n'y a pas si longtemps que ça et depuis le mariage ou je devais l'avoir vu dix minutes à tout casser, trop occuper à draguer un français, ben je ne me suis pas forcément préoccuper de lui. Je m'habillai toujours aussi tranquillement, ça faisait un mois que je faisais du yoga, alors j'étais plus détendue que jamais ! Il allait m'entendre, Johnson. Parole de Williams. Et là parole d'une Williams, c'est toujours tenu, on est des teigneux dans notre famille, vous voyez bien ma soeur, elle s'est le petit modèle, moi j'suis le grand modèle en vingt milles fois plus chiante, plus lourde et plus bavarde, j'suis celle qui donne l'exemple en fait. Et quelle exemple, vous allez me dire.

Je finis par habiller, me maquiller enfin tout le protocole de base, bien évidement. Bon pour la coupe de cheveux on repassera, j'avais récupérer ma couleur rousse naturelle et j'en étais particulièrement fière. Je mangeais un bout, m'occupa de la terreur de la villa, enfin la nouvelle terreur de la villa. Sunshine devait bientôt rentrer pour la forcer à rentrer pour garder son chien je lui envoya un message assez mignon. "J'ai lâché le chien dans ta chambre, si tu ne rentres pas d'ici dix minutes, le chien aura la peau de dressing. le dictateur lully." Je sortis enfin de la maison prenant la voiture car aller à pied ne me disait rien avec mes nouveaux escarpins. Je roulai jusqu’à mon but passant d'abord par la case starbucks coffee, je montais dans l’ascenseur. Les musiques d’ascenseur ne me disaient jamais rien ,étant légèrement claustro' sur les bords. Je finis par arriver au bon étage. Je marchais d'un pas décidé vers la porte et d'un élan tout aussi décidé. J'appuya sur le bouton aussi longtemps que personne ne viendrait m'ouvrir, j'avais décider d'être chiante autant l'être jusqu'au bout! Quelqu'un cria de l'intérieur de la porte qu'il arrivait. Je stoppai donc mon action assez fière de moi. Quand je l’aperçus un petit sourire en coin se dessina sur mon visage, je voulais pas dire mais il avait une tête de déterré.

Hé bah, on répond même plus au message de sa vieille copine ! tu me déçois je m'attendais a ce que tu m'accueilles en grande pompes et là dans ton caleçon pas rasé et tout. Qui êtes vous et qu'avez vous fais de mon Aleksandre Johnson ?! Je lui adressai mon plus beau sourire, celui que j'adressai rarement aux gens mais lui faisait parti des personnes qui étaient spéciales pour moi. Alors que je voyais ça mine déconfite, je me dis qu'il était vraiment pas dans ses pompes. Tiens, j'appelle ça le café de l'amitié, j'ai choisis trois café différents parce que j'savais pas lequel tu préférais. Y'a grand café, grand café lait, et mocca. Si tu veux j'ai du sucre dans mon sac. Raconte tout a la plus canon de tes amis, qu'est ce qui t'arrive avant j'avais le droit à un sourire quand tu me voyais et là rien du tout. Il se poussa pour me laisser rentrer, son appart était un peu en bordel. tu m'as même pas fais de bisou, je devrais te pendre par les pieds pour ça... je lui fis un petit sourire, m'asseyant sur le canapé, non non je ne m'invitai surtout pas chez lui c'est juste une impression..

_________________
    Lullaby Belle Wilhemina Williams Cepreani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

♠ Just play the lovegame... ♠

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 1035
▌HUMEUR (: : Fou de rage
▌SAY CHEESE : *
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 16/10/2011


YOU & ME:
MY RELATIONSHIPS::


● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: lullyetaleksandre † Sanka t'est mort ? Yes maan.    Mar 24 Juil - 22:33


La sonnerie du téléphone amplifie ma migraine comme jamais. Mais pourquoi les gens me foutaient pas la paix ? Je ne voulais voir personne, ce n'était quand même pas si dur à comprendre non ? Les rideaux de la chambre étaient tirés, protégeant mes pauvres yeux du soleil aveuglant. Je me redressais sur le lit et attrapais le téléphone dans la sonnerie me vrillait le crâne et le balançait à travers la chambre. J'entendais un fracas tandis qu'il atterrissait sur le sol et replongeais sous mes couvertures avec satisfaction. Enfin, ce bruit affreux s'était tut. Si seulement je pouvais en faire de même avec mon cœur brisé, le balancer à travers la pièce et hop, fini, plus de douleur. La douceur des draps de satin caressa ma peau musclée en douceur tandis que je remontais les draps au-dessus de ma tête. J'en avais marre de toute cette histoire, je ne voulais plus jamais sortir de ce lit. Je ne savais même pas depuis combien de temps j'étais cloîtré chez moi, combien de jours au juste s'étaient écoulés depuis le mariage ? Quelques jours ? Quelques semaines ? Quelques mois ? Non, quand même pas. Je m'en fichais, je n'avais pas envie de réfléchir. J'entendis quelques coups frappés à la porte puis une voix masculine : « Alek, je sors. Fais pas de conneries en mon absence. Je rentre à midi pour manger... ». Matthew attendit sur le seuil de ma porte quelques minutes mais je ne répondis rien. Je l'entendis soupirer puis ses pas s'éloignèrent et il descendit l'escalier. Quand j'entendis la porte d'entrée s'ouvrir et se refermer, je m'extirpais de mon lit. Mon pauvre Matthew, obligé de me supporter. Je savais qu'il se faisait beaucoup de soucis, depuis le mariage il passait le plus de son temps à l'appartement au lieu de sortir voir du monde et voir Jenny. J'étais égoïste non ? Mais je m'en foutais. Il pouvait très bien partir s'il voulait, il était libre de faire ce qu'il voulait je m'en fichais. Je voulais juste qu'on me foute la paix, qu'on m'oublie.

Les crampes commencèrent brutalement. Je me relevais alors d'un coup et plongeais vers mon bureau. Ma main gauche tremblait avec violence. J'attrapais une clé en fer blanc et déverrouillais le dernier tiroir de mon bureau. J'attrapais le petit flacon qui traînais ainsi qu'une aiguille et une seringue stérile. Après avoir rempli la seringue, j'injectais le produit dans le creux de mon bras. Immédiatement les tremblements cessèrent et la douleur partit. A cause d'elle, j'en étais réduit à ça, à devoir m'injecter cette drogue pour me calmer car sinon j'étais en manque. Comment avait-elle pu me faire ça ? Elle qui disait m'aimer... J'essayais d'en prendre le moins possible. Aujourd'hui, j'avais attendu la troisième crise de douleur de la mâtiné pour me résoudre à en prendre. Il fallait que j'arrête le plus vite possible, je ne pouvais pas me le permettre, j'étais un Johnson, j'étais fort. Je rangeais mon matériel et jetais l'aiguille. La sonnerie de la porte d'entrée retentit à cette instant. Je me décidais à l'ignorer mais la personne qui l'avait actionner avait décidée de me pourrir la vie puisqu'elle s’escrimait sur le bouton. Matthew était parti, il fallait donc que j'aille ouvrir. Je descendis donc à pas lourd l'escalier et gueulais « J'arrive ! » avant d'ouvrir la porte d'entrée. Une rouquine me souriait de toutes ses dents. Je lui répondis d'un ton furieux : « Putain Lully mais qu'est-ce que tu viens foutre ici ? J'ai envie de voir personne... ». Mais je savais pertinemment qu'elle ne partirait pas, je m'effaçais donc pour la laisser entrer. J'attrapais le grand café, la mine déconfite. Décidément, on ne pouvais jamais se débarrasser d'un Williams. Une fois qu'il entrait dans votre vie c'était déjà trop tard. N'empêche que c'était quand même mignon de savoir qu'elle s'était fait du soucis pour moi au point de débarquer. Je haussais les sourcils quand elle me dit que je ne lui avais pas fait de bisous. Non mais sérieusement, j'avais trop la gueule de bois pour supporter une Williams. Je traînais donc des pieds jusqu'à la cuisine et sortais une bière et une bouteille de bourbon de mon frigo. Quoi de mieux que l'alcool pour ce genre de soucis ? Je rejoignis Lully qui en avait profiter pour s'installer sur le canapé. Je me laissais tomber sur le fauteuil et glissais la bouteille de bière vers Lully avant de boire une bonne gorgée de bourbon directement au goulot. Puis je buvais tranquillement mon café avant de demandé à Lully d'une voix morne : « Que me vaut le plaisir de ta visite ? T'es pas juste venue pour m'offrir le café quand même ? ». Puis une idée perverse me traversa l'esprit et un sourire amusé étira mes lèvres tandis que j'ajoutais de mon ton de séducteur : « T'es venu me proposer de me remonter le moral sous la couette ? ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome



avatar

⊰ WILD CHILD, FULL OF GRACE

⊰ WILD CHILD, FULL OF GRACE

Who rocks ?

▌NOMBRE DE MESSAGES : 3219
▌HUMEUR (: : Wazaa :D
▌SAY CHEESE : Bouh :P
▌A NEW-YORK DEPUIS LE : 02/08/2009


YOU & ME:
MY RELATIONSHIPS::


● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: lullyetaleksandre † Sanka t'est mort ? Yes maan.    Jeu 26 Juil - 12:48




❝ on dit toujours que la vie est pleine d'embûches. que ce qui ne tue pas rends plus fort mais si à force de tomber on aurait plus la force de se relever? si on voulait tout simplement oublier et disparaître. alors quand on pense être au fond du trou et que l'on a l'impression de creuser toujours plus profond une lumière apparaît qui se matérialise sous la forme d'une personne qui va vous aidez à remontez la pente. un ange venue vous aidez un ange qui s'appelle tout simplement un ami. ❞


Putain Lully mais qu'est-ce que tu viens foutre ici ? J'ai envie de voir personne... Je le fixai, un petit sourire se dessinant sur mon visage. Ben dis donc il avait rangé sa gentillesse au placard, tout comme son rasoir on dirait. Il dut se pousser pour me laisser entrer, affichant une mine déconfite. Je t'aime Aleksandre.. Je lui avais fais un tête de bébé en disant ça : tu le savais pas, puis j'ai cru que t'étais mort. Si au moins t'avais décroché ton téléphone p'tre que j'aurais pas débarquer comme une furie ici.. A la réflexion, j'aurais débarquer ici qu'il le veuille ou non. Mais ça, je ne préférais pas le dire, puisque de toute façon il le savait. Puis ça me manquait moi que je l'appelle qu'il débarque chez moi, qu'il m'appelle que je débarque chez lui, mais aujourd'hui, c'est moi qui ait appelé et qui ait débarqué. Bon en même temps depuis qu'il était avec lily, il m'avait un peu zappé, en même temps avec notre relation. Je comprend un peu, parce que y'aurait comme un léger soucis dans l'engrenage.. Alors que je m'asseyais sagement dans le canapé, Aleksandre avait disparu de la circulation? Je regardai autour de moi, prenant une gorgée de café, son appartement était plutôt grand. Il finit par revenir, tenant une bouteille de bière d'une main, et une bouteille de bourbon. J'haussai les épaules en souriant, prenant la bouteille de bière, y'avait pas d'heure pour boire. Comme dirait mon père c'est toujours l'heure de l'apéro quelque part dans le monde, à la réflexion on était des alcolos dans cette famille. Mon père, April, moi. Bon après y'avait Titi. Mais Thybou c'était un cas à part on va dire, vraiment à part.

Que me vaut le plaisir de ta visite ? T'es pas juste venue pour m'offrir le café quand même ? bah dis donc l'amabilité allait le tuer ce matin. J'haussai les épaules, j'étais venu dans un but bien précis, le faire sortir de son trou, mais on dirait sérieusement qu'il s'était enraciné ici. Je finis par sourire. A la base, j'étais venue pour voir comment t'allait. Mais vu que t'avait pas décrocher le téléphone j'ai dus employé les grands moyens, dooonc conclusion en gros tu vas prendre une douche déjà hein parce que merci quoi.. Ensuite tu vas m'expliquer pourquoi tu sors plus de ta chambre, et ensuite seulement j'émettrais l'hypothèse qu'on puisse boire comme des trous jusqu'à plus pouvoir se lever, et seulement après je verrais si je me décide à partir quoi que à deux grammes dans le sang je le sens mal. Donc je vais dormir ici, et demain rebelotte jusqu'à que t'aille mieux. Je te lâcherais pas Johnson, tu me connais. Je lui adressai un immense sourire, ça pour me connaître il me connaissait. Très bien même, et quand je m'y mettais je savais être chiante, en même temps si j'étais pas chiante j'étais pas une Williams.

T'es venu me proposer de me remonter le moral sous la couette ? Je le regardai en arquant un sourcil, un petit sourire se dessinant sur mon visage. Je m'approchai de lui, pour que nos visages ne soient plus qu'a quelques centimètre l'un de l'autre. Je... Je souris. Je ne me répèterais pas deux fois, va pendre ta douche. Je m'éloigna à nouveau, lâchant un petit rire, avant de boire une gorgée de bière. Je fis une drôle de tête. La bière, c'était pas mon truc, j'avais toujours un goût amer dans la bouche qui me faisait grimacer. Enfin la bière ça me tapait plus à la tête que d'autre alcools, j'étais vraiment bizarre comme nana, je pouvais me saouler la gueule au rhum je tenais plutôt bien, mais la bière ça ne passait pas. La super vie de Lullaby Williams. Je tournai alors la tête vers Aleksandre. T'est pas encore sous la douche toi ? Allllllleeez fait moi plaisir.. lui faisant une tête de chien battue, mais devant son regard, je me méfiais même pas mal si vous voyez ce que j'veux dire. Moi j'ai déjà pris ma douche, parce que au cas où y'en a qui se lavent ! Je lui fis à nouveau un grand sourire. En gros je le traitai de crado mai touuuut allait bien dans le meilleur des monde, hein..


[désolé c'est un peu nul ]

_________________
    Lullaby Belle Wilhemina Williams Cepreani
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

● ● ● ● ● ● ● ● ● ●
Welcome

Contenu sponsorisé




Who rocks ?




● ● ● ● ● ● ● ● ● ●


MessageSujet: Re: lullyetaleksandre † Sanka t'est mort ? Yes maan.    

Revenir en haut Aller en bas
 

lullyetaleksandre † Sanka t'est mort ? Yes maan.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: New York House :: ♔ The Upper East Siders :: Appartement de Matthew D. Evans & d'Aleksandre Johnson-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit